Sport en Outre-mer : Tiki Toa, les guerriers du Pacifique

No Comment

Depuis 2011, l’équipe polynésienne de Beach Soccer fait sensation, affichant un palmarès digne des grandes nations de la discipline. Vice-champions en titre, ils tenteront de ravir le titre de Champions à la prochaine coupe du Monde en 2017.

Ils sont qualifiés d’office pour représenter l’Océanie lors de la prochaine Coupe du Monde de Beach Soccer qui aura lieu en 2017 aux Bahamas. Ils, se sont les Tiki Toa, l’équipe polynésienne de Beach Soccer, jouant sous le maillot « Tahiti ». Naea Bennett, capitaine de l’équipe, a révélé l’information aux médias de la Collectivité, « malheureusement pour le spectacle, pour le public, il n’y aura pas de qualifications pour cette Coupe du Monde. Heureusement aussi pour les Tiki Toa. Ça fait qu’on pourra vraiment bien préparer notre programme pour une préparation presque 2 ans en avance ». C’est à leur retour de Dubaï, où ils sont arrivés deuxième pour le Samsung Beach Soccer International Cup, que l’idée leur a été soumise par le secrétaire général de l’Oceania Football Confederation (OFC). Elle a été officialisée début décembre.

Naea Bennett, capitaine des Tiki Toa, laisse exploser sa joie après une victoire face à Madagascar à la Coupe du Monde de 2015 ©DR

Naea Bennett, capitaine des Tiki Toa, laisse exploser sa joie après une victoire face à Madagascar à la Coupe du Monde de 2015 ©DR

Rien ne semble se mettre en travers de l’irrésistible ascension de l’équipe polynésienne. Créée en novembre 2010, elle bat les îles Salomon pour se qualifier à la Coupe du Monde de 2011, en Italie. Malgré deux défaites face à la Russie et le Nigeria, les Tiki Toa font sensation en battant le Venezuela 5-2. Début 2013, les Tiki Toa disputent trois match amicaux face à la France et remportent les trois rencontres haut la main. Mais 2013, c’est aussi l’année de la première Coupe du Monde de Beach Soccer à Tahiti et l’année de consécration de la jeune équipe ! Portés par une Polynésie fière de ses joueurs, les Tiki Toa « pratiquent un jeu enthousiaste et léché ». Ils battent à plate couture l’Argentine en quart de final en rentrant 6 buts contre 1. En demi-finale face à la Russie, ils mènent jusqu’au bout avant de concéder une défaite à quelques minutes de la fin et s’inclinent face au Brésil pour finalement occuper la 4ème place.

Heimanu Taiarui, défenseur de l'équipe, à la Coupe du Monde de Beach Soccer 2015 au Portugal ©Getty Image

Heimanu Taiarui, défenseur de l’équipe, à la Coupe du Monde de Beach Soccer 2015 au Portugal ©Getty Image

Malgré cela, les Tiki Toa portent avec eux l’espoir d’un peuple de rayonner sur le sport international. On savait les polynésiens forts en surf, imbattables aux compétitions de pirogue, les voilà futurs maîtres du Beach Soccer ! Lors de la Coupe du Monde de 2015, au Portugal, ils font vibrer les fans, pas que polynésiens. Le monde s’étonne face à cette petite équipe, jeune, solidaire, enjouée. Parcours sans faute, les Tiki Toa atteignent la finale mais s’inclinent face au Portugal. Déçus les Vice-champions ? Certainement pas ! En plus d’être la seconde Nation du Beach Soccer, les polynésiens ont gagné le coeur du public et le respect de ses adversaires. Plusieurs joueurs recevront des distinctions individuelles, comme celle du meilleur goal.

Les Tiki Toa en Italie, pendant leur première Coupe du Monde. Les prémisces d'une irrésistible ascension ©Massimo Colombini

Les Tiki Toa en Italie, pendant leur première Coupe du Monde. Les prémisces d’une irrésistible ascension ©Massimo Colombini

Nouvelles coqueluches du sport polynésien, les Tiki Toa suscitent des vocations. « Nous sommes beaucoup sollicités pour intervenir au niveau de notre jeunesse, pour partager notre expérience et les valeurs de notre équipe », nous confie Naea Bennett. Rien ne semble faire peur à l’équipe polynésienne de Beach Soccer, pas même le fait d’être une « petite » équipe ; « c’est peut être notre plus grande force. Nous nous considérons nous-mêmes comme tel, on ne se prend pas trop la tête, le plus important est de donner le meilleur de nous-mêmes et de faire honneur à notre petit Fenua (« terre » en tahitien). Nous sommes aujourd’hui reconnus parmi les plus grandes nations du Beach Soccer. Les autres grandes nations et leurs stars connaissent même nos noms », ce qui fait sourire Naea.

la force des Tiki Toa, c'est aussi un peuple qui soutien ses champions jusqu'au bout du Monde. Ici en 2015, au Portugal pour la Coupe du Monde ©Getty Image

La force des Tiki Toa, c’est aussi un peuple qui soutien ses champions jusqu’au bout du Monde. Ici en 2015, au Portugal pour la Coupe du Monde ©Getty Image

Infime petite ombre au tableau, le match final de la Coupe du Monde de 2015 s’est joué sans le capitaine de l’équipe. Se déroulant un dimanche, Naea Bennett a préféré honorer ses convictions religieuses, ce qui naturellement créa la polémique en Polynésie. Qu’importe, Naea est un champion et un homme de conviction, et son équipe a tout de même réalisé un match formidable face au Portugal. Outremers360 s’est demandé s’il était encore prêt à mettre de côté un match par respect pour ses convictions religieuse. La réponse est sans appel : « Oui ! Mes convictions religieuses sont parties intégrantes de ma vie. Si on me demande de quitter l’équipe à cause du dimanche, je le ferais sans hésiter ». Sans rancune, car les Tiki Toa, c’est avant tout l’aventure d’une équipe humble, aux dimensions humaines, représentants un peuple en crise économique et sociale durable et qui explose tout sur la scène internationale du Beach Soccer ! Vivement 2017.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment