Mondiaux de Judo : La Martiniquaise Emilie Andéol annonce « une longue pause » dans sa carrière, « pour l’instant »

No Comment

©MaxPPP

La championne olympique en titre Emilie Andéol (+78 kg), qui n’a pas été médaillée aux Championnats du monde de judo, a annoncé sa décision de faire « une longue pause », dans sa carrière, ce samedi à Budapest. Un break prévu d’au moins un an, pour des raisons de santé notamment. 

« Là, pour moi, c’est une pause, une longue pause et je verrai si j’ai envie de reprendre », a déclaré Andéol (29 ans) aux journalistes, après sa défaite en repêchage, sur les tatamis hongrois, synonyme de septième place. « Pour l’instant, je mets (ma carrière) en stand-by, je rentre chez moi, je vais profiter de mon bassin d’Arcachon, de ma famille, tout en continuant à faire des activités physiques et en restant dans le monde du judo. Et je verrai si je reviendrai pour la course olympique », a-t-elle poursuivi.

 

« J’ai vraiment réfléchi, c’est venu naturellement. Je n’ai pas envie que les gens se souviennent de moi comme une fille qui ne fait que des premiers tours, j’ai envie que les gens se souviennent de moi comme une fille qui s’est battue, qui n’a rien lâché, qui a travaillé, et qui, grâce au travail, a réussi à aller chercher des médailles alors que personne n’y croyait, même pas moi au début », a expliqué la double championne d’Europe (2014 et 2015).

Entraîner les jeunes de sa région natale

Au printemps, huit mois après son sacre olympique inattendu à Rio, Emilie Andéol avait été battue dès son entrée en lice aux Championnats d’Europe, à Varsovie. Au Mondiaux de Budapest, elle a remporté ses deux premiers combats avant d’être battue coup sur coup en quarts de finale par la Turque Kayra Sayit (ippon), puis en repêchage par la Néerlandaise Tessie Savelkouls (pénalités).

La raison qui a motivé sa décision ? « Mes genoux », reconnait la judoka, qui souffre d’arthrose dans ses deux articulations. « Je n’ai pas envie de sacrifier ma vie, mes genoux, pour le judo ». « Je vais faire plein de soins, aller voir un chirurgien et voir ce qu’on peut faire », confie la native de Marcheprime en Gironde, de parents Martiniquais. En plus de ses soins, Emilie Andéol a prévu d’entrainer des jeunes dans sa région natale. « Si le judo me manque vraiment, je dis bien si, si la compétition me manque, je pourrais peut-être recommencer ». Selon l’Equipe, la championne olympique espère pouvoir défendre son titre à Tokyo : « On verra en 2018. Si je suis prête à repartir pour une olympiade, je le ferai, mais sinon j’arrêterai ».

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment