La Polynésie française va-t-elle récupérer les Jeux du Pacifique de 2019 ?

No Comment

Archives ©Radio 1 Tahiti

La Polynésie française pourrait se voir attribuer l’organisation des Jeux du Pacifique de 2019, a révélé, ce mercredi 17 mai, Radio 1 Tahiti. En effet, les Tonga ayant annoncé ne plus être en mesure d’accueillir les Jeux, le Comité olympique de Polynésie française (COPF) aurait été contacté pour reprendre cette compétition internationale « au pied levé ». Toutefois, le Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports se montre prudent.

En fin de semaine dernière, le Premier ministre des Tonga, Akilisi Pohiva, a annoncé que son Pays laissait tomber l’organisation des Jeux pour des raisons financières, rapporte Radio 1 Tahiti. Si le gouvernement tongien n’a pas encore officiellement confirmé son retrait de l’organisation des Jeux de 2019, ce retrait serait dû au rapport du FMI sur l’économie tongienne, datant de mars 2017. A première vue, ce rapport paraît pourtant positif puisqu’il estime une croissance à 3,5% pour les Tonga et une projection de 3 à 4% « dans les années à venir, revigorée par la construction et toutes les activités autour des Jeux du Pacifique de 2019″. « La mission s’est félicitée des efforts soutenus des autorités pour demander l’octroi de financements aux Jeux du Pacifique pour éviter les dépassements de coûts », poursuit le rapport.

Akilisi Pohiva, Premier ministre des Tonga ©Fiona Goodall / Getty Images

Akilisi Pohiva, Premier ministre des Tonga ©Fiona Goodall / Getty Images

« Lors des deux dernières années, la détermination et les efforts du gouvernement pour mobiliser les ressources financières nécessaires aux Jeux a été un énorme challenge », a indiqué le Cabinet du Premier ministre Akilisi Pohiva. « Tout en mesurant l’importance de l’organisation de la compétition, le gouvernement s’est inquiété qu’elle puisse mettre en péril l’économie tongienne et impacter la stabilité de sa macro-économie, l’empêchant de mener à bien ses priorités nationales », remettant une éventuelle organisation des Jeux du Pacifique « à l’avenir ».

La Polynésie française pressentie ?

Candidate malheureuse pour accueillir les Jeux du Pacifique en 2019 et 2023, la Polynésie française semble être dans les starting-blocks pour récupérer l’organisation des Jeux du Pacifique de 2019. Le directeur administratif du Conseil des Jeux du Pacifique aurait contacté le Président du COPF, Tauhiti Nena. « Ils savent que par rapport aux autres pays, on est les plus à même de reprendre le flambeau plus rapidement, il m’a demandé qu’on se tienne prêt », indique Tauhiti Nena, qui assure que le Territoire d’Outre-mer est « prêt à 80% » au niveau des infrastructures sportives.

Le Ministère polynésien des Sports tempère

Pour l’heure, le COPF doit recevoir une sollicitation officielle de la part du Conseil pour confirmer la reprise des Jeux de 2019. Cette sollicitation doit ensuite être transmise au gouvernement polynésien. Du côté du Ministère des Sports, la prudence est de mise: « Le gouvernement de la Polynésie française a bien été contacté par le Conseil exécutif des Jeux du Pacifique, nous annonçant le retrait de la candidature de Tonga pour 2019″, indique Cécile Tiatia, conseillère technique au Ministère des Sports, interrogée par Tahiti-infos. « Par contre, à aucun moment il n’a été demandé à Tahiti de se positionner. C’est une possibilité qui devrait se confirmer dans deux semaines lors de la réunion du bureau exécutif des Jeux qui aura lieu les 27 et 28 mai ». « Tauhiti Nena aurait proposé la candidature au Conseil des jeux, sans consulter le gouvernement. La question qui se pose est bien évidemment celle du financement. Rien ne pourra se faire sans l’aval du gouvernement », poursuit-elle.

Tahiti Nena, Président du COPF ©Cédric Valax / Radio 1 Tahiti

Tahiti Nena, Président du COPF ©Cédric Valax / Radio 1 Tahiti

De son côté, le Président du COPF se montre confiant. « Si le pays (le gouvernement polynésien, ndlr) est favorable à ce qu’on puisse organiser les Jeux de 2019, je pense qu’on serait capable de les organiser », assure Tauhiti Nena, soulignant toutefois quelques efforts à faire au niveau de l’hébergement. Les îles Fidji et Samoa, sérieux concurrents, se seraient également positionnés. A noter que Tauhiti Nena, Président du COPF, est également candidat aux Législatives dans la 1ère circonscription polynésienne, sous l’étiquette de son parti, le Tau Hoturau. La Ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, Nicole Sanquer, est également candidate dans la 2ème circonscription. Par le passé, ces deux personnalités ont déjà eu de nombreux contentieux politiques, notamment au sujet des Jeux du Pacifique.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment