Kenny Jean-Marie: Des plus hautes fonctions publiques à l’entrepreneuriat sportif

No Comment

©City-events

Natif de la Guadeloupe, Kenny Jean-Marie affiche un parcours universitaire et professionnel riche. Après avoir longtemps occupé des postes au sein de différents Ministères, il s’est lancé, début septembre, dans l’entrepreneuriat. Avec KJM Conseil, il veut développer et professionnaliser le monde du sport.

Kenny Jean-Marie a commencé sa carrière dans les plus hautes fonctions publiques. En sortant de l’ENA en 2009, il rejoint directement le Ministère de l’Intérieur où il occupe le poste de Sous-préfet, Directeur de Cabinet de la préfète de Dordogne. S’en suit une longue liste de fonctions, de conseiller à Directeur de Cabinet pour de nombreux ministres comme Valérie Fourneyron, Patrick Kanner et Thierry Braillard. En 2015, il rejoint le Premier ministre Manuel Valls, en tant que Conseiller spécial à la Jeunesse, au Sport et à la Vie associative. « En parallèle de mes missions en cabinet, j’ai repris mes études en Executive Master, sur la gouvernance du sport en Europe », nous confie-t-il. Début 2015, il quitte Matignon afin de mener à bien son mémoire sur « l’utilisation d’un grand événement sportif comme levier de développement fédéral », et plus particulièrement pour le Football féminin puisque la France a obtenu l’organisation du mondial de Football féminin de 2019. « J’ai voulu étudier cet objet-là pour s’interroger sur comment faire pour que ce soit plus qu’un événement sportif et comment accompagner le développement du football féminin ».

« Il faut bien faire une distinction entre le sport professionnel et la professionnalisation du sport »

Depuis début septembre et son master en poche, Kenny Jean-Marie a créé sa propre entreprise, KJM Conseil: une « société de conseil en stratégie, dans le domaine du sport ». Pour Kenny Jean-Marie, il s’agit d’un « vieux rêve », mais pas seulement. « C’est aussi parce que le secteur du sport est en développement, il a du potentiel. C’est un secteur qui a besoin qu’on lui apporte un certain nombre d’expertises pour l’accompagner dans cette croissance ». « Une fédération sportive c’était, il n’y pas si longtemps, uniquement des bénévoles. Aujourd’hui elles font face à des enjeux économiques. Elles ont besoin de se structurer, de recruter des salariés, d’avoir une approche beaucoup plus globale de leurs objectifs marketing, de leurs objectifs de communication ou financiers, de leur rapport avec les sponsors, les télévisions, le tout dans un contexte où les subventions publiques vont en diminuant », nous explique-t-il. « Aujourd’hui, si les fédérations veulent survivre et apporter à la cohésion nationale, il faut qu’elles aient les moyens de le faire, qu’elles se structurent et qu’elles acceptent de se professionnaliser, sans pour autant aller dans les travers de ce qu’on appelle le sport professionnel. Il faut bien faire une distinction entre le sport professionnel et la professionnalisation du sport ».

De la Guadeloupe à l’ENA, en passant par l’Ecole navale

©Arnaud Loth / Archives Sud-Ouest

©Arnaud Loth / Archives Sud-Ouest

L’autre objectif de Kenny Jean-Marie, à travers KJM Conseil, c’est de s’appuyer sur son expérience dans la haute fonction publique au bénéfice du sport. « Il y a des univers qui ne se parlent pas forcément: l’univers du sport, celui de l’entreprise et celui des autorités publiques. J’ai envie de décloisonner tout ça et d’apporter du lien entre ces univers », confie ce passionné de Volleyball, de Golf et de Voile. Côté formation, Kenny Jean-Marie n’est pas en reste. Lorsqu’il obtient son Bac en Guadeloupe, il part directement pour l’Hexagone afin d’intégrer des Prépas d’ingénieur. « J’ai réussi le concours de l’Ecole navale. Je suis donc parti en Bretagne me former ». Pendant cette formation de trois ans à l’Ecole navale, il partit un an à bord de la Jeanne d’Arc pour un tour du monde avant d’être « affecté en Guyane pendant deux ans sur un patrouilleur ». Le reste de son parcours est impressionnant: Etat major de la Marine Nationale et préparation aux concours d’entrée à l’ENA qu’il rejoindra courant 2007. Désormais, Kenny Jean-Marie se consacre à l’une de ses deux passions. « J’ai eu un professeur à l’Ecole navale qui m’a toujours dit « ayez deux passions dans la vie ». Il se trouve que j’en ai deux: le sport et les énergies renouvelables, et je voulais bosser au moins sur une de ces deux passions ». Pari réussi.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment