Yoann Paulin : Un jeune antillais au Directoire d’Air Caraïbes

No Comment

Natif de la Guadeloupe, Yoann Paulin a été officiellement nommé au Directoire d’Air Caraïbes en juin 2017. Premier et unique antillais à exercer cette fonction, Yoann Paulin a déjà, à 38 ans seulement, une carrière riche et conséquente dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’aéronautique. Rencontre avec un Antillais au sommet de l’aviation caribéenne.

A peine diplômé de l’école d’ingénieur ISEP, une des 10 plus grandes écoles d’ingénieurs de France et numéro 1 dans les Technologies de l’Information et de la Communication, Yoann Paulin intègre l’entreprise Sagem, qui rejoindra plus tard le groupe Safran. « J’ai été recruté au sein de l’unité de Recherche et Développement Aéronautique. On a notamment équipé l’A380 d’une vingtaine d’ordinateurs embarqués permettant à cet avion de nouvelle génération d’être équipé d’un système d’information complet : stock des données, communication avec le sol, anticipation de la maintenance », explique Yoann Paulin.

Avant de rejoindre Air Caraïbes, Yohan Paulin travaillait sur les A380 ©Airbus

Avant de rejoindre Air Caraïbes, Yoann Paulin travaillait sur les A380 ©Airbus

« En 2005 et au bout trois ans dans cette unité, j’ai été contacté par un chasseur de têtes, le cabinet Bertrand, qui m’a dit qu’Air Caraïbes venait de se lancer sur le long courrier et cherchait à progresser, se développer dans tout ce qui est nouvelles technologies et systèmes d’information », raconte-t-il. Chez Air Caraïbes, Yoann Paulin est nommé Responsable des systèmes d’information. « Ils m’ont donné carte blanche pour pouvoir développer toutes les nouvelles technologies d’Air Caraïbes. J’ai recruté des ingénieurs qui m’ont accompagné et on a mis en place un certain nombre de choses pour qu’Air Caraïbes soit « up to date » sur les nouvelles technologies ».

En 2009, tout s’accélère et la carrière de Yoann Paulin, qui a déjà pris de l’altitude, flirte avec la stratosphère. Cette année-là, il est nommé Directeur des systèmes d’information de la compagnie antillaise et par conséquent, rejoint le Comité de Direction d’Air Caraïbes, appelée Comex. En 2011, Marc Rochet, Président d’Air Caraïbes et French Blue, lui confie la fonction de Directeur du e-commerce et du Markéting digital, tout en gardant sa casquette d’expert des systèmes d’information. « Avec ces nouvelles fonctions, j’ai intégré une partie de la Direction commerciale donc je cohabitais avec les autres directeurs commerciaux d’Air Caraïbes pour pouvoir développer les ventes sur le web ».

Air Caraïbes a reçu ses deux Airbus A350 ©Airbus

Air Caraïbes a reçu ses deux Airbus A350 ©Airbus

« Durant cette période, il y a eu de gros challenges, notamment celui de l’Airbus A350. Air Caraïbes avait l’intention de se doter de ces appareils. Ce sont des avions de nouvelle génération avec énormément d’informatique embarquée et d’applications permettant de mieux opérer l’avion que ce soit sur la maintenance ou même au niveau des outils dédiés au personnel naviguant ». Pour couronner le tout, Yoann Paulin est appelé en 2015 à rejoindre la Direction opérationnelle de French Blue, alors en pleins balbutiements. « Bien évidemment, ça faisait beaucoup de choses à gérer mais j’ai été accompagné d’une équipe d’ingénieurs de haut niveau qui m’aidait dans toutes mes missions ».

« Début 2017, Marc Rochet et Jean-Paul Dubreuil, Président du Conseil de surveillance du Groupe Dubreuil, m’ont proposé d’intégrer le Directoire d’Air Caraïbes. C’est officiel depuis le mois de juin 2017, date du vote de l’Assemblée générale ». Yoann Paulin devient ainsi le premier et seul antillais à siéger au Directoire de la compagnie. « Air Caraïbes c’est la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, c’est dans nos gènes, nos ADN. On est la compagnie antillaise par excellence et c’est une vraie fierté, après 11 ans passés au sein de la compagnie, de pouvoir prendre des décisions stratégiques pour l’avenir d’Air Caraïbes » déclare-t-il.

image

Pourtant, Yoann Paulin ne semblait pas s’attendre à arriver aussi haut, et aussi tôt. « Je n’avais pas l’intention de rentrer de suite en Guadeloupe, même si je comptais rentrer au Pays, ce n’était pas mon intention à ce moment-là. Le challenge et l’opportunité m’ont convaincu de rentrer », confie-t-il. « C’est n’est pas forcément évident pour tous les jeunes de partir sans savoir s’ils vont pouvoir revenir », admet Yoann Paulin, « mais je pense qu’il ne faut pas trop avoir d’appréhension car en Guadeloupe, en Martinique ou à La Réunion, il y a beaucoup de challenges à relever et d’opportunités à saisir. Il faut que les jeunes ultramarins diplômés aient cette envie de revenir pour pouvoir construire le pays », conclut Yoann Paulin en assurant, « dans mon recrutement, j’essaye de privilégier les jeunes ultramarins diplômés parce qu’il faut faire en sorte de leur donner du boulot dans leur territoire natal ».

Les missions du Directoire d’Air Caraïbes :

Le groupe d’Air Caraïbes (Société Anonyme) est doté d’un Conseil de Surveillance, composé par Jean-Paul Dubreuil et sa famille, et d’un Directoire nommé par le Conseil de Surveillance. Celui-ci est composé de Marc Rochet, Président du Directoire, et trois autres membres mandataires social. « Le Directoire réfléchît sur la stratégie de l’entreprise, travaille sur les grandes réformes de l’entreprise et rend compte des résultats au Conseil de Surveillance », explique Yoann Paulin. « Dans ce Directoire, il y a Olivier Besnard, Directeur général du Pôle régional. Il s’occupe notamment du secteur ATR, les liaisons domestiques. Ensuite, on a Edmond Richard, Directeur commercial Europe et enfin, moi ».

 

L’A350, condensé de technologies embarquées :

En 2017, Air caraïbes se dote de deux Airbus A350 flambants neufs. Yoann Paulin nous explique quelques grandes avancées technologiques embarquées à bord de ces appareils nouvelle génération : « Par le passé, sur les A330, il y avait un certain nombre de boîtiers qui stockaient de l’information. D’ailleurs, on parle toujours de boîte noire. Ça, c’était l’ancienne génération. Maintenant sur l’A350, on a un réseau embarqué qui permet de récupérer des informations via des capteurs, placés sur les moteurs ou les instruments de navigation, de les stocker dans des bases de données dans l’avion et de communiquer avec le sol. En altitude par exemple, les informations sont envoyées à nos centres de maintenance afin d’anticiper un quelconque problème. On parle également d’envoi d’informations à l’avion. A l’époque, le pilote devait préparer son vol, sur la météo ou la route à emprunter, avec beaucoup de papier. Maintenant, toutes ces informations sont transmises du centre opérationnel d’Air Caraïbes directement à l’intérieur du cockpit. Le pilote peut réactualiser ces informations puisqu’il est en communication en temps réel avec le sol. En termes de gestion opérationnelle, c’est un vrai bond en avant : on arrive à communiquer dans les deux sens avec des moyens modernes. L’avion est intégré dans les systèmes d’information de la compagnie.

divertissement-a-bord-classe-madras

Pour la partie passagers, l’A350 permet aussi des avancées majeures : jeux en réseau, connectivité internet. En novembre 2017, on va lancer sur le long courrier Paris-Antilles une communication en haut débit. Très souvent, on demande aussi en vol s’il y a un médecin à bord, en cas de souci de santé d’un passager. Sur l’A350, on est équipé d’applications permettant d’envoyer des informations concernant le bilan de santé des passagers, ce qui permettra au médecin de la compagnie de renvoyer à l’avion un diagnostic et de savoir si l’avion doit se poser en urgence ou si le passager peut continuer jusqu’à destination ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment