Wallis et Futuna : Un guide pour les étudiants

No Comment

Pour un étudiant ultramarin, venir faire ses études dans l’Hexagone peut s’avérer être un parcours du combattant, entre démarches administratives, recherche de logement et prise de contact avec les organismes qui peuvent les aiguiller. Un guide de l’étudiant dédié aux jeunes wallisiens et futuniens vient donc de voir le jour pour aider ces derniers à leur arrivée en France.

Le projet a été initié par la Délégation de Wallis et Futuna à Paris, le Vice-rectorat de l’archipel et le Service territorial des oeuvres scolaires et de la vie étudiante, en partenariat avec le Collectif Siapo, qui a fourni « un travail de communication auprès des étudiants » et proposé ses compétences en graphisme. « L’idée de réaliser un guide pour les étudiants wallisiens et futuniens est apparue nécessaire au vu des difficultés qu’ils rencontrent régulièrement dans leurs démarches administratives une fois arrivés en Métropole. Il faut noter que la plupart d’entre eux arrivent pour la première fois en Métropole », nous explique Paino Vanai, délégué de Wallis et Futuna à Paris. Il poursuit, « le but du guide est de donner le maximum d’informations aux étudiants concernant leur intégration en France et pour faciliter leurs études. Il s’agit de rappeler ce qu’ils doivent faire concrètement avant leur départ, sur leur trajet entre l’archipel et l’Hexagone et à leur arrivée. Une fois en France, les étudiants y trouvent toutes les informations utiles pour faciliter leurs démarches administratives (sécurité sociale, inscription, bourses, etc.) et demander de l’assistance de l’administration ». En bref, la Bible de l’étudiant wallisien et futunien en France.

Ci-dessus, les contacts pour se procurer le guide l'étudiant de Wallis et Futuna

Ci-dessus, les contacts pour se procurer le guide l’étudiant de Wallis et Futuna

Contrairement aux étudiants polynésiens, qui jouissent d’une association étudiante dans chaque grande ville de l’Hexagone, « il n’y a pas encore d’associations d’étudiants de Wallis et Futuna, mais c’est vrai que ça serait bien qu’ils prennent eux-mêmes cette initiative, à nous de les aiguiller et de les aider. Cela permettrait de les responsabiliser à gérer eux mêmes leurs besoins en pouvant faire appel à des subventions s’ils s’organisent autour d’un dispositif associatif de loi 1901. Ca peut beaucoup les aider en tout : réseau, contact, communication, subventions, activités, événements,… ». Côté chiffres, il y aurait environ 150 étudiants wallisiens et futuniens installés en France, dont « environ 130 boursiers ». Mais Paino Vanai admet, « on ne connait pas leur nombre exact. Et ils sont partout en France ». D’autant qu’un bon nombre d’entre eux viennent de Nouvelle-Calédonie, le Territoire abritant une communauté wallisienne et futunienne plus importante que dans l’archipel. Ceux-ci se tournent alors vers la Maison de la Nouvelle Calédonie. À la fin de leurs études, tous ne rentrent pas dans l’archipel, « la plupart d’entre eux restent en Métropole et ne se signalent plus au bout d’un certain moment à l’administration ». Difficile donc d’évaluer précisément leur nombre, on reconnaît cependant qu’il y a « plus de Wallisiens et Futuniens hors territoire que sur l’archipel lui-même ». Pour se procurer le guide, il suffit de prendre contact avec les organismes mentionnés dans l’illustration ci-dessus.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment