Une association calédonienne offre une prothèse 3D à un enfant polynésien

No Comment

Manaiti a lui-même choisi de personnaliser sa prothèse à l’effigie de son héro, Maui ©Radio 1 Tahiti

Ce mardi 23 mai à la Présidence de la Polynésie française à Papeete, Manaiti, 5 ans, s’est vu offrir une prothèse imprimée en 3D par l’association e-Nable, basée en Nouvelle-Calédonie, rapportent nos confrères de Radio 1 Tahiti. Derrière ce geste, l’association calédonienne souhaite également se faire connaître et trouver un relai en Polynésie.

Atteint d’une agénésie de la main, une malformation qui touche plus de 360 enfants chaque année en France, le jeune Manaiti exprimait l’envie « d’avoir une main », raconte sa mère à Radio 1 Tahiti, tout en soulignant une absence de complexe moral de la part de l’enfant de 5 ans. Les parents du jeune Manaiti ont donc été mis en relation avec l’association e-Nable NC South Pacific basé en Nouvelle-Calédonie, afin que celle-ci réalise cette prothèse 3D « à partir de l’utilisation d’une technologie novatrice d’assistance à un prix abordable ».

S’il a rappelé les bénéfices d’un bras articulé pour un jeune enfant atteint de malformation, l’estime de soi, la pratique d’activités ou tout simplement, un gain en autonomie, Jean-Christpohe Turcon, Président d’e-Nable Nouvelle-Calédonie, en a profité pour « faire connaître son projet » et susciter en Polynésie la création d’un relai de l’association. « Aujourd’hui, on est 80 pays à faire ce type d’opération, pourquoi pas la Polynésie ? » a expliqué Jean-Christophe Turcon au micro de Radio 1 Tahiti.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment