Tour des Yoles 2015 : L’emblème de la conquête

No Comment

Créé en 1966, le Tour des Yoles suscite chaque année un réel engouement. C’est l’événement sportif le plus suivi en Martinique, sûrement pour sa dimension culturelle et fédératrice. Mais au fait, c’est quoi une yole ? Et comment sont-elles fabriquées ?
Le mot yole vient du norvégien jol qui signifie embarcation. La yole ronde, celle du Tour des Yoles 2015, est une embarcation légère sans quille ni gouvernail et qui peut naviguer à une ou deux voiles. Elle est différente de la Saintoise en Guadeloupe ou du Va’a en Polynésie. A l’origine, la yole est née de l’imagination des charpentiers de marine. D’ailleurs, il faut savoir qu’il n’existe pas de plan à proprement parlé pour construire une embarcation de ce type. La première a été construite dans les années 40 pour palier à la pénurie de gommier, ces arbres qui produisent de la gomme utilisée par les pêcheurs. Le charpentier inventif, originaire du quartier François, a alors imaginé une yole ronde, hybride avec du gommier et se rapprochant de la yole européenne. Pour réussir à construire votre propre yole, au-delà du fait qu’il faut avoir de solides compétences dans le bois ; l’expérience, l’usage et l’observation feront l’affaire ! Outremers 360 vous donne quelques pistes, et qui sait vous pourrez embarquer pour la prochaine session du mythique Tour des Yoles ?!

  • Outil indispensable à la réalisation : la hache !

L'outil indispensable

Les yoles rondes mesurent 10,5 mètres et pèsent entre 450 et 600 kilos, il vaut peut-être mieux commencer par “un bébé yole” qui fait 6,30 mètres. Petit cours de construction et, par la même occasion, de vocabulaire marin. Première chose à savoir : la yole ronde est un assemblage de planches fixées horizontalement sur une ossature faite de membres de bois. Les planches utilisées proviennent de poiriers ou de cèdres et doivent être en bois massif. Elles doivent être d’une seule épaisseur, à savoir entre 15 et 20 cm. Sur l’ossature est fixée l’étrave, taillée en forme de L. Le tableau arrière ou étambot, en forme de U, est ensuite ancré de l’autre côté de l’ossature. Puis, on installe les foucas, en forme de V, le long de l’ossature qui serviront à bloquer les tôtes de mâts, les orifices destinés à recevoir le mât. Sur l’ossature ainsi assemblée, les planches sont fixées et posées. Bon, voilà la base un peu technique. Aucune yole n’est construite sans être supervisée par un fin connaisseur.

  • Chaque yole a sa particularité

Des techniques de constructions bien précises

La construction d’une yole ronde n’est pas figée puisqu’il n’existe pas de plan bien défini. Le savoir se transmet de générations en générations. Chaque navire porte une voile rectangulaire très colorée qui permet de différencier les embarcations pendant le Tour. Les yoles rondes sont rapides et maniables mais, à cause de leur coque arrondie, elles se renversent dès qu’elles sont à l’arrêt. Afin de garantir une meilleure pénétration dans l’eau, une pièce en bois massif très effilée appelée taille-mer est fixée contre l’étrave à l’avant de la yole. Le prix d’achat d’une yole est en moyenne de 18 000 euros ! Un prix considérable qui est l’une des facettes du poids économique du Tour des Yoles dans l’économie martiniquaise.

Êtes-vous prêts pour la construction de votre propre yole ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour nous dire ce que vous en pensez.

Catégories : Société

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment