Surveillance de la ZEE: Le bâtiment multi-missions Bougainville en route pour Papeete

No Comment

Le Bougainville a été mis à l’eau en février dernier en Bretagne ©DR

Le Bougainville, deuxième bâtiment multi-missions (B2M) d’une série de quatre conçus pour l’Outre-mer, a quitté Brest jeudi sous un grand soleil pour Papeete, où il effectuera des missions de surveillance des intérêts français et d’assistance aux populations.

Le tout nouveau navire, attendu en Polynésie française le 16 décembre, couvrira les cinq millions de kilomètres carrés de la Zone économique exclusive (ZEE) polynésienne, soit une superficie dix fois supérieure à celle de la France hexagonale et l’équivalent de la superficie de l’Europe. « Ce bateau va essentiellement faire des missions de souveraineté en Polynésie française », a expliqué le commandant du Bougainville, le capitaine de corvette Sébastien Fajon, juste avant l’appareillage du navire, soulignant qu’il allait « renforcer un dispositif déjà existant ». Armé par deux équipages de 23 marins, qui permutent tous les quatre mois, le navire pourra réaliser plus de 200 jours de mer par an, contre une moyenne de 100 habituellement pour les bâtiments de la Marine.

Entérinés par la loi de programmation militaire de 2013, les B2M sont des fleurons de la Marine qu’elle qualifie de « couteaux suisses ». Adaptés aux normes civiles aussi bien qu’aux exigences militaires, ils sont équipés de deux mitrailleuses de 12,7 mm, d’embarcations rapides et peuvent embarquer des commandos. Longs de 65 mètres, ils disposent de six niveaux et d’une vaste plage arrière de 300 m2 de surface. Construits par Kership, la co-entreprise créée par le chantier naval breton Piriou et DCNS, ils remplacent progressivement des bâtiments en fin de vie, comme le remorqueur Revi dans le cas du Bougainville.

Le D'Encastreaux, arrivé en Nouvelle-Calédonie en juillet dernier ©Défense

Le D’Encastreaux, arrivé en Nouvelle-Calédonie en juillet dernier ©Défense

Le D’Entrecasteaux, premier de la série des B2M, est depuis le 29 juillet basé à Nouméa. Le troisième navire de cette série, le Champlain, a été mis à l’eau en août et ralliera la Réunion en 2017. Le Premier ministre Manuel Valls a confirmé vendredi, lors d’une visite au chantier naval Piriou à Concarneau (Finistère), la commande « avant la fin de l’année » d’un quatrième B2M, destiné aux Antilles. Ces bâtiments constitueront l’épine dorsale des forces navales de souveraineté en Outre-mer.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment