Sécurité à Mayotte: Baisse de la délinquance au premier semestre 2018

No Comment

La délinquance a enregistré une baisse de 11,7% au cours des six premiers mois de cette année, a rapporté la Préfecture de Mayotte lors d’une conférence de presse. Une dimunition qui concerne aussi bien les atteintes volontaires à l’intégrité physique (-8,6%) que les atteintes aux biens (-11,9%) et les violences intrafamiliales (-15,8%).

Le plan de lutte contre la délinquance et l’immigration clandestine semble porter ses fruits dans ce jeune département français ! La préfecture de Mayotte a souligné pour sa part  » des résultats encourageants ». Selon les derniers chiffres présentés en conférence de presse le 11 juillet, 4128 faits délictueux ont été constatés au cours du premier semestre 2018 contre 4677 sur la même période. « Bien que plus importante en zone police (-392 faits), cette baisse est aussi marquée en zone gendarmerie (-157) », ajoute la Préfecture de Mayotte.

De façon détaillée, les atteintes volontaires à l’intégrité physique sont également en diminution sur l’ensemble du département pour atteindre 1482 faits constatés soit une baisse de -8,6 % entre le 1er semestre 2017 et le 1er semestre 2018. Même constat pour les cambriolages qui enregistrent une baisse de -20,4%. La Préfecture explique ces « bons résultats » par « la mise en place du plan de sécurisation des établissements et des transports scolaires et une mobilisation citoyenne renforcée. »
Seul bémol au tableau, les atteintes contre les forces de l’ordre qui sont de plus en plus violentes, avec plusieurs tentatives d’homicides recensée sur les 6 derniers mois.

© Préfecture de Mayotte

© Préfecture de Mayotte

Moins de reconduites à la frontière et moins de kwassas interceptés

En revanche, la lutte contre l’immigration clandestine s’est atténuée avec une baisse du nombre « d’obligations de quitter le territoire français » délivrés ( 5449 OQTF délivrés début 2018 contre 7720 au premier semestre 2017. « Une baisse marquée par le refus des autorités comoriennes de réadmettre leurs ressortissants », indique la Préfecture. 97 kwassas ont été interceptés par les forces de l’ordre et la marine nationale contre 202 au 1er semestre 2017. Enfin, 48 passeurs ont été interpellés et ont fait l’objet de poursuites judiciaires.
Toutefois, les services préfectoraux et judiciaires se félicitent du démantèlement de « 6 filières (marchands de sommeil, reconnaissance frauduleuses de paternité, de passeurs) au cours de ce 1er semestre. Ce travail sera renforcé au cours des prochains mois avec l’entrée en service du groupe d’enquête GELIC. »

© Préfecture de Mayotte

© Préfecture de Mayotte

Renforts de moyens humains

Avec l’arrivée de 58 policiers et 20 gendarmes supplémentaires en cours de déploiement sur le département et le maintien d’un escadron de gendarmes mobiles supplémentaire, la Préfecture espère maintenir ces bons chiffres au cours des prochains mois. Elle ajoute que « les consultations sur la future zone de sécurité prioritaire de Mayotte ont débuté. Elles s’achèveront au cours de l’été pour une installation des instances de pilotages au 1erseptembre 2018. »

Capture d’écran 2018-07-12 à 12.30.27

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment