Sécheresse à Mayotte: Malgré le cyclone, l’île souffre toujours de la pénurie en eau et est en proie à une épidémie de diarrhée

No Comment

© AFP

Le précieux liquide est toujours aussi rare dans le 101ème département français. Une situation incompréhensible malgré la formation de phénomènes météorologiques comme les cyclones et les dépressions tropicales dans l’Océan Indien.

Selon les prévisionnistes de Météo France à Mayotte, la saison des pluies, qui a déjà quatre mois de retard, devrait revenir la semaine prochaine. « Elle est perturbée par les différents phénomènes météorologiques qui se sont succédés dans l’océan Indien »précise Bertrand Laviec, le délégué départemental de Météo-France. Et le passage récent du cyclone Enawo n’a rien arrangé concernant la pluviométrie. « On a relevé à peine 5mm à Pamandzi mais à Anjouan (aux Comores), ils ont probablement reçu quelque chose comme 150mm », ajoute-t-il.
Conséquence, la Préfecture de Mayotte maintient les tours d’eau mis en place dans 8 communes du département. Depuis le 28 février, et la mise en place d’un plan d’urgence « eau » à Mayotte par la ministre des Outre-mer, les coupures d’eau ont été légèrement allégées et interviennent un jour sur deux.

Risque d’épidémie de diarrhée

Au niveau sanitaire, le manque d’eau commence à se faire sentir. En effet, un communiqué de l’ARS de l’Océan Indien, datant du 2 mars, fait état d’une « augmentation des cas de diarrhées particulièrement marquée dans les régions Centre et Sud touchées par les tours d’eau. Cette situation paraît résulter de la dégradation des conditions d’hygiène liées aux restrictions d’usage et coupures d’eau sur l’île », précise le document. « De plus, le manque d’eau, du fait des restrictions d’usage et des tours d’eau, peut jouer en faveur de l’apparition de cas de gastro-entérites et diarrhées, soit par défaut d’hygiène (lavage des mains insuffisant), soit à cause de l’utilisation d’eaux qui peuvent être fortement contaminées ». La Ministre des outre-mer Ericka Bareigts se rend à partir de lundi sur le territoire pour faire le point sur cette crise de l’eau. Elle ira à la rencontre des services de l’Etat, des élus et des acteurs locaux pour s’assurer de la mise en application des mesures du plan. Elle échangera avec les habitants de Chirongui touchés par la pénurie d’eau. Elle rencontrera les maires et le comité de ressource en eau au siège du SIAEM à Kaweni.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment