Santé en Polynésie : Le gouvernement local fait appel aux médecins libéraux pour assurer les missions dans les îles

No Comment

Une évacuation sanitaire (EVASAN) en Polynésie ©J. Bellenand / Marine nationale

Face au « désengagement progressif » des praticiens du Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) de leur mission dans les îles, le gouvernement polynésien a décidé d’ouvrir les financements de déplacement aux médecins libéraux et aux médecins de la Direction de la Santé, rapporte Radio 1 Tahiti. 

« A l’origine du problème, les praticiens en mission dans les îles faisaient auparavant prendre en charge par le centre hospitalier (CHPF) le dépassement de leurs frais d’hébergement et de repas au-delà de leur indemnité quotidienne supplémentaire de 15 000 Fcfp (environ 125 à 126 euros) », expliquent nos confrères de Radio 1 Tahiti. « Une pratique qui n’était prévue par aucun texte et à laquelle les services financiers du Pays ont mis fin récemment », provoquant un « désengagement progressif » des praticiens en l’absence d’indemnités de déplacement. Résultat, il y a trois semaines, une douzaine de femmes enceintes des îles Marquises avaient été ‘évasanées’ (abréviation d’évacuation sanitaire) pour leurs consultations chez un gynécologue ou une sage-femme.

Pour pallier à ce problème, « un projet de nouvelle « convention » a été approuvé par le gouvernement pour ouvrir aux médecins de santé publique et aux médecins libéraux le financement des missions dans les îles », ouvrant ainsi l’indemnité de 15 000 Fcfp aux médecins libéraux et aux médecins de la Direction de la Santé, pour un coût total de 14 millions de Fcfp (environ 117 000 euros) pris en charge par l’équivalent de la Sécurité sociale en Polynésie. « Cette convention cadre a vocation à s’éteindre au 1er janvier 2019, date à laquelle sera en place un nouveau cadre conventionnel et opérationnel, la cellule de coordination étant déportée du CHPF à la direction de la Santé », a indiqué le compte-rendu du conseil des ministres en Polynésie.

La Polynésie française, territoire de cinq archipels étendus sur 5 millions de km2 de ZEE, abrite 118 îles dont 76 sont habitées. Seules les îles les plus peuplées disposent d’un hôpital (Tahiti, Moorea et Ra’iatea). Les autres îles disposent uniquement, et au minimum, un poste médical ou un dispensaire, poussant les habitants à rejoindre Tahiti, parfois en urgence, pour recevoir des soins.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment