Santé en Outre-mer : Succès des premières greffes de reins en Nouvelle-Calédonie

No Comment

Les premières transplantations de rein effectuées sur le territoire calédonien se sont déroulées cette semaine au Médipôle. Des interventions couronnées de succès, synonymes d’espoir pour les malades et d’une meilleure maîtrise des dépenses de santé.

« C’est un évènement historique, a déclaré le professeur Méjean, en mission à l’hôpital de Koutio du 1er au 6 décembre pour former les équipes locales. La greffe de rein est extraordinaire puisqu’elle offre non seulement confort et qualité de vie au receveur avec une prise de risque moindre pour le donneur, et qu’elle constitue, de surcroît, un modèle économique tout à fait satisfaisant. ». Le 3 décembre dernier, l’équipe du centre hospitalier territorial (CHT) Gaston-Bourret assistée par le professeur Méjean, chef du service d’urologie de l’hôpital Georges-Pompidou, a prélevé un rein sur donneur vivant puis l’a greffé sur une patiente souffrant d’une grave insuffisance rénale.

Ces opérations sont également une grande opportunité pour les patients calédoniens qui devaient, jusqu’alors, se rendre en Australie ou dans l’Hexagone pour en bénéficier. « Pratiquer ces greffes localement est un rendu de justice, a souligné le Dr Fadi Haidar, néphrologue et membre de l’équipe qui a porté ce projet. Les patients calédoniens étaient non seulement pénalisés par l’éloignement dû à l’insularité, mais aussi par la maladie en elle-même, puisque sa prévalence est particulièrement élevée ici. Le service médical rendu est énorme et évite cette double peine. » Depuis 2013 et jusqu’à aujourd’hui, seuls les prélèvements de reins issus de donneurs en état de mort encéphalique étaient autorisés en Nouvelle-Calédonie. Ainsi depuis six ans, 47 patients calédoniens ont pu bénéficier de ces greffons, grâce à une greffe réalisée en Australie. Sur la même période, 131 patients calédoniens ont été transplantés (54 en Métropole et 77 en Australie).

Nouvelle compétence pour le Médipôle de Koutio

Pour le CHT, cette nouvelle activité est l’aboutissement d’un projet de longue date. Après la construction du Médipôle, le déménagement des services et la mise en route, « c’est une suite logique dans le développement de l’établissement, qui était également prévue dans le plan Do Kamo », a indiqué le Dr Nicolas Quirin, néphrologue.

Mais si le CHT « dispose de personnels compétents, d’un plateau technique incroyable et d’un nombre de malades du rein important », comme l’a souligné le Pr Méjean, l’avenir de cette discipline reste tributaire du nombre de donneurs. Bien qu’en progression, les chiffres restent en-deçà de la demande, notamment pour les donneurs vivants qui offrent des greffons de meilleure qualité. Selon le Dr Haidar, « le manque d’information » en serait la cause « alors qu’il s’agit en fait d’un petit risque pour un bénéfice énorme ». Les complications sont en effet très rares et sans conséquence pour la santé compte tenu de l’évaluation médicale préalable au don.

À terme, l’établissement espère réaliser jusqu’à 45 greffes par an, dont la moitié à partir de donneurs vivants. Soit environ 350 millions de francs d’économie par an pour le Ruamm, les greffes réalisées localement étant moins coûteuses que celles faites à l’extérieur, tout comme le prix du suivi d’un greffé par rapport à celui d’un traitement par dialyse.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data