Santé en Nouvelle-Calédonie: La clinique Ile Nou-Magnin ouvrira le 25 septembre

No Comment

Après une dizaine de jours de grève et un accord signé entre le gouvernement et les parties impliquées dans le conflit, la date de l’ouverture de la nouvelle clinique Île Nou-Magnin est connue. Les premiers patients seront accueillis à partir du 25 septembre prochain.Un article de notre partenaire La Dépêche de Nouvelle-Calédonie.

Une négociation à trois c’est toujours compliqué. Preuve en est, il aura fallu près de 5 mois d’âpres discussions et un mouvement de grève de plusieurs jours pour que les protagonistes tombent enfin d’accord et permettent l’ouverture dans les temps de ce nouvel outil au service de la santé des Calédoniens. Le tout, « sans mettre en péril les finances très tendues du Ruamm ni la rentabilité de la clinique », précise le gouvernement.

Si vendredi dernier deux d’entre eux étaient déjà tombés d’accord, il manquait encore l’accord des investisseurs. Parce que comme l’a rappelé ce matin le président du gouvernement : « Dans cette affaire il s’agissait d’équilibrer durablement les comptes d’exploitation de la clinique, de ne pas avoir recourt à des négociations récurrentes sur d’hypothétiques hausses de tarifs sur lesquels un gouvernement digne de ce nom ne peut s’engager à l’avance, mais aussi de ramener la rémunération des actionnaires à un niveau raisonnable et de garantir aux banques la stabilité de l’activité de la clinique ».

Mais comment fonctionne ce montage juridique et quels efforts ont-ils chacun consenti ?

Il y a d’abord la construction réalisée par la société de promotion immobilière PHP, constituée par la famille Magnin, des investisseurs privés, la Caisse des dépôts et consignation ainsi que des médecins. Il y a ensuite l’exploitation de la clinique, à proprement parler, assurée par la société Île Nou-Magnin (INM) constituée par la famille Magnin, les médecins et le groupe Dang, et enfin les actes de médecine effectués par les médecins. Mais le montage financier prévu au départ a rapidement coincé. Parce que la nouvelle clinique c’est 13,7 milliards empruntés, 269 lits, 400 personnels, mais un plan de financement basé au départ sur des conditions intenables notamment pour les finances publiques.

Pour débloquer la situation, le gouvernement a donc décidé d’aligner les tarifs des trois anciennes cliniques (Magnin, Baie des citrons et Anse Vata) par une augmentation de 3,2 % pour cette année et 1,2 % supplémentaire en 2019, de verser dès cette année une subvention d’équipement de 300 millions via l’agence sanitaire et sociale pour permettre l’installation de la clinique. Pour permettre une ouverture de la nouvelle clinique dans les temps, le 25 septembre prochain, il a également été décidé que le centre de soin de suite et de réadaptation (SSR) ouvrira de manière partielle au 1er janvier 2019 et montera progressivement en puissance jusqu’au 1er avril 2020 date de l’ouverture à plein régime. Enfin, il a été convenu que les urgences seraient transférées à la nouvelle clinique pour fonctionner dans un premier temps 16 heures sur 24 (il sera fermé de 23 heures à 7 heures), avant d’ouvrir en 24h/24 au 1er janvier 2019.

De leur côté, les exploitants de l’Île Nou-Magnin ont décidé d’apporter en fonds propres 100 millions supplémentaires en augmentant le capital, et de financer 1,47 milliards pour les aménagements et le mobiliers nécessaires à l’ouverture. Dans le même temps, les médecins ont consenti de payer 50 millions supplémentaires pour leurs contrats d’exercice en 2019 et 2020.

Enfin, et c’était la pièce manquante depuis l’accord vendredi dernier entre le gouvernement et les exploitants, les actionnaires immobiliers ont consentis ce mercredi une réduction de 2,2 milliards de francs du total des loyers versés par la clinique sur les douze années du bail, sous réserve de pouvoir obtenir des banques ayant participé au financement une baisse significative de leurs taux d’intérêt. Car comme cela a été souligné par le médiateur et ancien ministre Claude Evin, les taux d’intérêts pratiqués par les banques de Nouvelle-Calédonie (5.5% sur ce projet) sont deux fois plus élevés que ceux pratiqués en métropole pour le même type d’investissement…

Pour le gouvernement, donc les Calédoniens, les efforts consentis par les parties ont tout de même permis de réduire l’impact sur le Ruamm « de 300 millions par an ». Après plusieurs mois d’incertitude, le déménagement des trois cliniques dans celle de Nouville peut donc enfin démarrer avant l’ouverture déjà programmée pour le 25 septembre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment