Rétention administrative: le Parlement rétablit une dérogation à Mayotte

No Comment

Le parlement a rétabli aujourd’hui, via un ultime vote du Sénat, une dérogation à Mayotte qui augmente la durée possible de rétention administrative avant intervention de la justice, afin de faire face à l’immigration clandestine massive que connaît le 101e département français.

Le Sénat a adopté définitivement la proposition de loi, portée par le groupe LaREM, déjà votée par l’Assemblée nationale le 29 janvier.
Le texte – soutenu par la droite, mais contesté par la gauche – propose de maintenir un délai de saisine du juge des libertés et de la détention (JLD) de cinq jours pour les étrangers placés en rétention à Mayotte au lieu de deux sur le reste du territoire français. Il « vise à corriger une erreur de coordination » introduite lors de l’examen à l’Assemblée nationale du texte asile-immigration, a précisé le rapporteur de la commission des Lois Tani Mohamed Soilihi, sénateur LaREM de Mayotte.

Sans l’adoption de la proposition de loi, la dérogation accordée à Mayotte aurait été caduque au 1er mars avec l’entrée en vigueur des dispositions de la loi asile-immigration.
Le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez a défendu un régime dérogatoire « proportionné » et « parfaitement adapté à la réalité de la situation mahoraise », soulignant que « la pression migratoire y est massive et constante ».

Selon des données de l’Insee (2017), 48% de la population de Mayotte est de nationalité étrangère, dont la moitié en situation irrégulière. « 20.000 reconduites à la frontière » y sont effectuées chaque année, soit « près de la moitié des reconduites effectuées depuis l’ensemble du territoire national », a indiqué Tani Mohamed Soilihi. Décrivant une pression migratoire « hors norme », Lana Tetuanui (centriste) a jugé la dérogation « parfaitement justifiée ».

A gauche, en revanche, Jean-Yves Leconte (PS) s’est élevé contre un débat « indigne ». « Nous avons un devoir de respect du droit », a-t-il affirmé. « Ce choix n’est pas digne de notre République », s’est aussi indignée Esther Benbassa (CRCE à majorité communiste), pour qui « ce texte n’a qu’un seul objectif: celui d’éloigner de leur juge les personnes enfermées ». « La situation à Mayotte, il faut la vivre », a déclaré Tani Mohamed Soilihi en conclusion des débats.
Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data