Portrait : Julienne Morisseau, « femme kreyol » engagée pour l’émancipation de la femme sur le plan national et international

No Comment

© Kaoula Mazouzi

Julienne Morisseau, Franco-Haitienne de 34 ans née en Guyane française, est ce qu’on appelle « une femme djok » (une femme combattante). S’appuyant sur les valeurs inculquées (le travail, la persévérance, l’entraide et le soutien d’autrui, des plus faibles) durant son enfance, Julienne Morisseau met son énergie et sa détermination à aider des jeunes femmes à s’émanciper par l’instruction. Elle croit fermement à la valeur de l’éducation comme changement social positif pour l’élévation des membres d’une nation. Aujourd’hui, elle œuvre tant pour les enfants pauvres en Haïti via OSEDH « Ô secours des enfants démunis d’Haïti » et pour les femmes à travers le monde via le Club Zonta Paris Port Royal Concorde. Pour Outremers 360, elle retrace son parcours et sur ses divers engagements au niveau national et international.

Outremers 360: Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Née à Saint Laurent du Maroni il y a 34 ans, en Guyane Française, de parents d’origine haïtienne, je suis l’aînée d’une famille de 5 enfants, et la seule fille. J’ai vécu et ai étudié à Saint Laurent du Maroni jusqu’à l’âge de 18 ans. L’obtention du BAC Economique et Social avec mention constitua pour moi une porte d’entrée vers la phase d’émancipation et réalisation de ce que je me destinais à être.

Après 5 années d’études à l’université Panthéon Sorbonne à Paris, le Master de Travail Administration Gestion de l’emploi en poche, j’ai complété ma formation par deux années supplémentaires en école de commerce, en Ile de France, dans le domaine de l’ingénierie et négociation d’affaires complexes Business to Business (B to B). Les petits jobs d’étudiants réalisés le soir et les week-end complétaient ma bourse universitaire, ainsi que l’aide financière envoyée par mes parents, ma mère étant femme de ménage et mon père ouvrier agricole. Nos efforts et privations ont permis de financer mes 7 années d’études supérieures.

Mon parcours a été semé d’embûches, d’entraves, de galères étudiantes en tout genre. L’éloignement de ma famille pesant sur mon moral et faisant même naître en moi un début de découragement. Cependant la pugnacité et la ténacité, traits de caractère qui imprègnent les femmes kreyol issues de milieux modestes comme le mien, m’ont permis de remporter de nombreuses batailles.

Après ma période d’etudiante j’ai commencé à travailler en B to B pour un éditeur de logiciel israélien basé à Tel Aviv qui souhaitait développer son activité commerciale en France.

Depuis 8 ans, je travaille pour NAELAN Group, un groupe français spécialisé dans les services et solutions autour des processus métiers et des traitements de la communication des grandes organisations publiques et privées, en tant que Directrice Business Unit pour la partie Conseil et Intégration.

En Avril dernier, j’ai eu une attestation de formation au séminaire du cycle d’administrateur du CHEMI-Centre des Hautes Etudes du Ministère de l’intérieur.

© Keepin Touch

© Keepin Touch

Outremers 360. Comment ont commencé vos premiers pas dans l’engagement associatif ?

L’entraide et la solidarité sont des termes qui ont toujours fait échos dans mon parcours car mon père est pasteur, et le partage a toujours été le mot d’ordre dans mon éducation. Mes frères et moi avons été dés le plus jeune âge impliqués dans les activités associatives, certes religieuses de notre père. Aider les plus faibles, aller visiter les malades, leur apporter réconfort en prières et repas faits maison, a souvent été nos activités du dimanche après-midi, après le culte à l’église.

Au-delà de ça, nous avons été habitués à aider la famille éloignée restée dans la misère en Haïti, y compris les amis et connaissances de mon père. C’est donc naturellement qu’une fois mes études achevées et mon activité lancée, que j’ai repris les activités philanthropiques sous une dimension différente.

Aujourd’hui, j’interviens bénévolement le samedi matin dans les collèges de la Seine-St-Denis pour conseiller au mieux les jeunes collégiens issus de quartiers défavorisés sur leurs orientations scolaires en tant que marraine du Forum de l’emploi de l’association Passerailles de Rosa fondée par Emma Camara.

Outremers 360 : Vous êtes présidente de l’ONG « O Secours Des Enfants Démunis Haïtiens » et du Club Zonta Paris Port Royal Concorde. Comment conciliez-vous l’ensemble de ces activités ?

Je m’appuie sur une équipe solide d’hommes et de femmes professionnels compétents, tant pour OSEDH que pour le Zonta Club Paris Port Royal Concorde. Au sein du bureau de chaque ONG respective, chaque membre tente de respecter ses engagements dans ses livrables, ses deadlines .Je sais déléguer et faire confiance, croire dans le potentiel de chaque collaborateur tout en les encourageant.

Par ailleurs, j’ai une organisation que je pourrai qualifier de militaire : des listes de tâches par activité qui sont notés la veille pour le lendemain avec un respect de mes agendas. J’accorde peu de temps à ma personne, m’épanouissant dans ma vie professionnelle et mes activités extraprofessionnelles tournées vers autrui, les activités humanitaires.

Et je gagne beaucoup de temps dans une journée, je ne regarde jamais la télévision, je dors peu; une partie de mes soirs et weekend sont consacrés aux causes associatives…Mes congés posés auprès de mon employeur sont dédiés aux activités associatives humanitaires. Comme le dit un proverbe africain : l’Homme (soit dit en passant l’être humain) est le remède de l’Homme. Je puise dans l’humanitaire cette sève qui nourrit ma personne et mon âme.

Si vous souhaitez nous rejoindre en tant que bénévoles ou membres dans notre club club Zonta Paris Port Royal Concorde, n’hésitez pas à nous contacter.

© Droits réservés

© Emmanuel Vaney 

Outremers 360: Vous vous êtes rendue dernièrement au Japon dans le cadre de la 64ème convention Internationale du Zonta. Pouvez-vous nous parler de cet événement?

Du 29 juin au 03 juillet dernier s’est tenue la 64 ème convention du Zonta International au Japon, à Yokohama.Cette convention était un lieu de rencontre des membres dévoués, de diverses professions et entreprises du monde entier, tous œuvrant à l’autonomisation des femmes et jeunes filles au travers du service et du plaidoyer.

Les présidentes de club Zonta venues du monde entier réfléchissaient sur les réalisations sur le prochain biennium (2018-2020), élisaient leurs futur(e)s dirigeant(e)s. 2500 président(e)s accompagné (e) s d’invité(e)s ont répondu présent (e)s ( Zonta Club de France, Italie, Thaïlande, Pays Bas, Japon, Taïwan, Allemagne, Côte d’Ivoire, Togo, États Unis…)
Nous avons eu le plaisir d’avoir en intervenante la Première Ministre de la Nouvelle Zélande, Helen Clark, administratrice des Nations Unies et elle-même membre du Zonta, durant la deuxième journée de la convention.

Nous avons eu une magnifique cérémonie d’ouverture officielle de la convention du Zonta International, avec en début une prestation de l’orchestre de l’école d’aviation japonaise et une parade des drapeaux.Les 1286 délégués et présidentes de clubs Zonta du monde entier ont voté un budget de 5 millions de dollars US d’aides pour financer les programmes de l’UNICEF USA, UNFA et l’ONU Femmes sur 2018-2020.

Notre club Zonta Paris Port Royal Concorde ainsi que les 1285 autres clubs Zonta du monde, ont procédé au vote de la mention accordant 1 million de dollars US sur 2018-2020 à l’ONU femmes pour financer le programme d’autonomisation des réfugiés syriens et la population jordanienne féminine vulnérable.Il devrait y avoir au moins 25760 bénéficiaires.L’objectif étant d’améliorer l’accès des réfugiés syriens et femmes jordaniennes à des emplois durables et décents, la protection des services et réduire la violence envers les femmes.

Nous avons également voté en faveur du financement du programme ‘ Let us to learn’, dont 20 000 adolescentes malgaches vulnérables et défavorisées seront bénéficiaires. Le Zonta International a accordé 1.000.000 de dollars US au Fonds américain de l‘UNICEF en charge de ce programme à Madagascar entre 2018 et 2020.
– 600 enfants malgaches bénéficieront de cours de rattrapage qui garantiront leur réintégration dans le milieu scolaire
– 200 élèves bénéficieront des nouvelles classes avec points d’eau, toilettes et mobilier scolaire.

Nous avons voté favorablement une motion accordant 2 millions de dollars US au financement du programme ‘Ending Child Marriage’ de l’UNICEF et UNFPA afin de lutter contre le mariage des enfants dans 12 pays.
Le mariage d’enfants est une violation totale des droits humains. Ce programme sur 2 ans vise à promouvoir le droit des filles, à retarder le mariage pour 2,5 millions de jeunes filles, en partenariat avec les gouvernements et la société civile. Des actions concrètes vont être entamées pour apporter du changement concret et durable sur la vie des jeunes filles des pays suivants: Ouganda, Yémen, Zambie, Sierra Léone, Népal, Niger, Mozambique, Inde, Ghana, Ethiopie, Burkina Faso.

© Droits réservés

©  Zonta International

Enfin, le Zonta International propose plus d’une centaines de bourses allant de 2000 dollars US à 10000 dollars us pour encourager les jeunes femmes dans les carrières professionnelles et filières estudiantines de l’aéronautique/mécanique, business, informatique, littéraire et musicale.

Outremers 360: L’accès à l’éducation et l’instruction des jeunes filles et des femmes, constituent un des points importants de votre combat, quel message souhaitez-vous faire passer?

Plusieurs femmes dans ma famille ont été privées d’instruction scolaire en raison de leur genre. Des femmes très débrouillardes, intelligentes mais freinées dans leur quotidien à cause de l’illettrisme.

Des femmes qui avaient des rêves, le courage et la santé pour les réaliser, mais limitées dans leurs ambitions par manque d’éducation.
J’ai été très touché durant mon enfance par ces cas de proches, et je voyais la souffrance de ces femmes condamnées à la servitude d’un homme et toute la tristesse liée à ce type de situation.

J’essayais de les aider du mieux que je le pouvais en essayant de leur transmettre ce qu’on m’avait appris en école élémentaire, du haut de mes 10 ans.En définitive, l’instruction des jeunes filles est fondamentale pour permettre une réelle émancipation, autonomisation et élévation d’une nation.

© Droits réservés

© O Secours des enfants démunis haïtiens

Outremers 360: Dans votre engagement, vous vous inscrivez à contre-courant de la thèse du déterminisme sociale du sociologue Bourdieu. En quoi l’origine sociale n’est pas un facteur déterminant selon vous ?

Selon Bourdieu, l’influence de l’origine sociale des étudiants aurait une incidence indirecte sur leur réussite académique.Les différences de capital, l’habitus entre les enfants de milieux favorisés et les enfants de milieux défavorisés expliqueraient leurs différences de réussite scolaire.

J’ai l’intime conviction que la France a le meilleur système scolaire qui permet de rendre possible ce qui paraitrait impossible de prime abord, grâce à la gratuité réelle de l’enseignement et l’accès gratuit à la culture.

Certes, un enfant issu de milieu social défavorisé aura plus d’efforts à produire pour compenser ses déficiences, lacunes, rattraper son retard. Mais il suffit de se retrousser les manches, d’être patient et de passer quelques heures par semaine dans les bibliothèques gratuites, s’instruire, s’autoformer en aditif du programme académique imposé.

Personnellement, ma langue maternelle est le kreyol haïtien et je n’ai appris à m’exprimer réellement en français qu’à l’âge de 4 ans. Ma mère était femme de ménage, je l’aidais dans ses jobs de ménage après mes cours au collège pour la soulager un peu et mon père était ouvrier agricole. Le seul schème que je reproduis de leurs modèles, est le travail acharné.
Il y a un expression haïtienne qui résumerait ma réponse « Si-w pa planté ou pa ka rékolté » : « Si tu ne plantes pas, tu ne peux récolter».

© Droits réservés

© O Secours des enfants démunis haïtiens

Outremers 360: Quels sont les modèles féminins qui vous ont influencé ou vous inspirent actuellement ?

Mme Olympe de Gouges
Mme C.J Walker
Mme Oprah Winfrey

Outremers 360: Quels sont vos prochains événements et rendez-vous de votre ONG « O Secours Des Enfants Démunis Haïtiens » et du Zonta Paris Port Royal Concorde ?

Des évènements en cours d’élaboration par nos équipes sont prévus pour la rentrée et le mois de novembre 2018. Ils seront communiqués sous peu.

Ceci dit, du 26 Novembre au 10 Décembre, aura lieu l’Orange Day pour le Zonta. Il s’agit d’une vaste campagne de sensibilisation en partenariat avec l’ONU Femmes pour mettre fin aux violences faites aux femmes et filles. Nous vous communiquerons les manifestations du Zonta sous peu pour la période de l’Orange Day.

Il est important de noter dans vos almanachs, un grand événement prestigieux le 14 mars 2019 au Sénat pour le Zonta Paris Port Royal Concorde en l’honneur des 100 ans du Zonta International et du mois de la Femme.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment