Ouragan Irma : Le Président de la République attendu mardi sur l’île

No Comment

A l’issue d’une réunion de crise tenue à l’Elysée ce dimanche soir, le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé la venue prochaine du président de la  République sur les îles sinistrées par le passage de l’Ouragan Irma.

« L’ordre a été rétabli dans l’île de Saint-Martin avec l’arrivée de  gendarmes et de policiers » a déclaré d’emblée Gérard Collomb pour faire taire  les critiques prononcées par l’opposition sur la gestion de l’ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.  Gérard Collomb a par ailleurs annoncé le départ d’Emmanuel Macron  pour les îles du nord dès lundi soir.  « Il y sera mardi au matin. Il passera la journée sur l’île pour pouvoir s’entretenir avec les habitants (…) et les élus de l’île », a déclaré Gérard Collomb ».Lors de son déplacement à la cellule interministérielle de crise le 6 septembre, Emmanuel Macron avait annoncé se rendre dans les îles du Nord « dès que cela sera possible », « afin de ne pas gêner les opérations de secours sur place ».

Cette matin, Eric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon ont demandé l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire. Le député LR des Alpes-Maritimes a estimé qu’«on aurait du mieux prépositionner des forces, des unités de sécurité civile pour protéger les populations, des militaires», se disant «extrêmement choqué par les images de pillages».L’ex-ministre socialiste des Outre-mer Victorin Lurel a également estimé que l’on «aurait pu évacuer avant» les îles. «Il faut plus de forces de sécurité, plus de moyens projetables dans les deux îles», a dit l’ancien président de la région Guadeloupe, en prenant modèle sur «ce qui a été fait dans la partie néerlandaise de l’île, avec des soldats, l’armée qui est dans tous les quartiers et qui contrôle». «Ça n’est pas le cas dans la partie française», a-t-il regretté. Patrick Karam (LR), l’ancien président du conseil représentatif des Français d’outre-mer, a lui aussi condamné les «défaillances du gouvernement».

Pour défendre l’action gouvernementale, plusieurs membres du gouvernement ont immédiatement réagi. Depuis Saint-Martin, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a martelé que l’État « a été à la hauteur ». « Jamais je ne laisserai dire que les services de l’Etat, que les services de la collectivité territoriale n’auraient pas été à la hauteur. (…) Chacun ici a fait tout ce qu’il avait à faire », a-t-elle martelé.

Puis  le  porte-parole du gouvernement Christophe Castener a renchéri lors de l’émission du Grand Rendez-vous Europe1/Les Echos/CNews. « Evidemment nous savions depuis quelques jours que le risque était extrêmement élevé ». « Évidemment nous avions mis des militaires, des services de soins, de santé en mobilisation en Guadeloupe, parce qu’il aurait été inopportun de les localiser sur le site à risque », a-t-il ajouté.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés