Ouragan Irma : Alerte violette à Saint-Barthélemy et Saint-Martin, la Guadeloupe et la Martinique en alerte rouge

No Comment

©NOAA

Alors que l’ouragan Irma est passé très tôt ce matin (5h09 heure de Paris, 23h heure de Guadeloupe) au nord de la Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin se préparent à affronter, dans les prochaines heures, des vents pouvant atteindre les 360 km/h. L’œil du cyclone, faisant 60 km de diamètre, devrait passer à proximités des Îles du Nord.

Pour rappel, l’ouragan Irma s’est renforcé dans la journée de mardi pour devenir un ouragan majeur de catégorie 5, engendrant des vents atteignant les 360 km/h, 300 km/h en moyenne. Par conséquent, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont été placés en alerte violette, l’alerte maximale, ordonnant le confinement total des habitants. Selon Météo France, « il est possible que l’œil du cyclone passe directement sur l’une des deux îles en fin de nuit et courant de matinée » mercredi, heure locale. Anne Laubies, Préfète déléguée des deux îles, a exhorté la population vivant dans les zones à risque, environ 11 000 personnes, à évacuer : « il faut partir maintenant, c’est leur vie qui est en jeu ».

« Le paroxysme de l’événement est attendu entre 6 heures et midi (heure locale) soit entre 10h et 18h (heure de la Métropole) avec des rafales au-delà de 300 km/h », indique la Chaîne Météo. A Saint-Martin et Saint-Barthélemy, on attend également une houle de 13 mètres et entre 200 à 300 mm de pluies diluviennes. « On va se retrouver isolés. La route sera barrée. On a de l’eau, de la nourriture, quelques médicaments, de la javel… Ce qu’il faut pour tenir une bonne semaine », explique un habitant, joint par Europe 1 mercredi matin. « Ce que je crains le plus, c’est surtout les jours après le passage de l’ouragan. Ça va être catastrophique, ça va être des lames de rasoir passées partout. Il y aura sûrement des gens sans-abri, sans moyens pour s’en relever », déplore-t-il déjà. « Tous ceux qui habitent près de la mer vont se retrouver sans rien dans 48 heures. Et est-ce que l’île a les moyens de les aider ? ».

Si la Guadeloupe ne se situe pas dans la trajectoire immédiate d’Irma, le Département d’Outre-mer reste en alerte rouge pour vents forts (150km/h en rafale) et forte houle (6 à 7 m). La Martinique est également en alerte rouge pour forte houle. A noter que ce genre de phénomène est accompagné d’un risque élevé de submersion marine. La ministre des Outre-mer est en cellule de crise depuis ce mercredi, 9h (heure de Paris). Inquiète, la Ministre déplore environ 7 000 personnes qui n’auraient pas respecté les consignes de sécurité. De même, plusieurs contingents de l’Armée aux Antilles-Guyane et de la Sécurité civile ont été mobilisés pour venir en aide aux populations.

Toute la Caraïbe en alerte

Irma est le premier ouragan de cette intensité jamais observé dans la zone Caraïbe. L’ouragan, qui se déplace à 22 km/h, est désormais plus puissant que Luis (1995, Saint-Martin) ou Hugo (1989, Guadeloupe, 15 morts). Il est aussi plus puissant qu’Harvey, qui a récemment frappé le Texas et la Louisiane, faisant au moins 42 morts et plus de 100 milliards de dollars de dégâts.

Après les Petites Antilles, dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Irma va poursuivre sa route îles Vierges britanniques et atteindre dans la soirée de mercredi Porto Rico, avant la République dominicaine, Haïti et les Bahamas. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a déclaré, dès mardi soir, l’état d’urgence en Floride, à Porto Rico et dans les îles Vierges des Etats-Unis – territoires américains. Ces déclarations, annoncées dans trois communiqués distincts de la Maison Blanche, permettent « au ministère de la sécurité intérieure et à l’Agence fédérale des situations d’urgence [Fema] de coordonner tous les efforts d’assistance en cas de catastrophe ».

Et alors même que le passage d’Irma fait craindre le pire pour les îles de la Caraïbe et la Floride, les prévisionnistes se penchent déjà sur José, dépression tropicale qui s’est formée dans le sillage d’Irma.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment