Nouvelle-Calédonie: Manifestation contre l’accès insuffisant des jeunes Kanak à l’emploi

No Comment

©USTKE

Mercredi, plus d’un millier de personnes sont descendues dans les rues de Nouméa pour dénoncer l’insuffisant accès des jeunes Kanak à l’emploi et aux postes à responsabilités. L’Union syndicale des travailleurs Kanak et des exploités (USTKE), à l’origine de la manifestation, avait également appelé à une journée de grève générale.

« A deux ans de la sortie de l’accord de Nouméa, les résultats ne sont pas au rendez-vous« , a déclaré le président du syndicat indépendantiste, André Forest. « Si elle n’est pas prise en compte, cette problématique fait courir au pays des risques sociaux et pourrait conduire à déséquilibrer gravement les rapports au niveau du pays« , a-t-il ajouté.

Les manifestants, 1.500 selon la police, 3.000 selon le syndicat, se sont rendus au siège du Medef, du Congrès, du gouvernement et au Haut-commissariat de la République, où ils ont déposé un « mémorandum pour le rééquilibrage« . Leurs revendications ont reçu un accueil plutôt bienveillant de la part des différents interlocuteurs, conscients des difficultés des jeunes à trouver un emploi dans un contexte de grave crise économique. Le président (non-indépendantiste) du gouvernement, Philippe Germain, a souligné qu’il « ne fallait pas stigmatiser la jeunesse kanak« . Le conseil du dialogue social, instance qui regroupe les partenaires sociaux, organise le 19 août prochain un colloque consacré à l’accès des jeunes Calédoniens à l’emploi.

André Forest, président de l'USTKE ©USTKE

André Forest, président de l’USTKE ©USTKE

Depuis 1989, les programmes de formation « 400 cadres » et « Cadres avenir », ont permis à 1.584 personnes, dont 71% de Kanak, de reprendre une formation et d’accéder à des postes de cadres moyens ou supérieurs. Mais l’USTKE juge ces résultats décevants et estime qu’encore trop peu de Kanak parviennent à des postes de responsabilité. « La jeunesse kanak a de plus en plus de mal à trouver sa place dans la société et vit dans un désenchantement qui la conduit dans la délinquance et la prison. Il faut impérativement lui proposer d’autres horizons qui passent par la formation et l’insertion professionnelle par l’emploi« , expliquait le bureau fédéral du syndicat dans un communiqué publié fin juillet.

En Polynésie française, on parle d'Océanisation des cadres pour défendre l'emploi local ©Tahiti-news

En Polynésie française, on parle d’Océanisation des cadres pour défendre l’emploi local ©Tahiti-news

L’accès à l’emploi des populations locales est un sujet récurrent dans tous les Outre-mer, comme à La Réunion ou en Polynésie française. A La Réunion, les élus politiques régionaux parlent de « régionalisation de l’emploi« . Dernièrement, l’arrivée d’un enfant de l’île au poste de directeur du Centre Hospitalier universitaire (CHU) avait été applaudi par de nombreux élus, jusqu’à la Secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle Ericka Bareigts. En Polynésie française, c’est l’ « océanisation des cadres » qui est défendue et ce, depuis les années 50 avec le député Pouvanaa a Oopa. Le représentant de l’opposition souverainiste Richard Tuheiava, défend depuis début 2016 une « proposition de modification du droit du travail en vue de la protection de l’emploi local« . Cette proposition a reçu un avis défavorable du Conseil Economique, Social et Culturel et passe difficilement en commission à l’Assemblée de la Polynésie française, bien qu’un tel sujet fasse « l’unanimité politique« .

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data