Nouvelle-Calédonie: La correction du Bac délocalisée sur le territoire dès 2017

No Comment

©DR

Par 47 voix sur 54, les élus du Congrès de la Nouvelle-Calédonie ont adopté la correction locale des épreuves écrites du baccalauréat dès 2017. Jusqu’ici, les copies d’examen étaient envoyées dans l’Hexagone pour y être corrigées. 

Alors que la Nouvelle-Calédonie est compétente en matière d’éducation depuis 2010, le Congrès vient d’adopter la correction locale des épreuves écrites du baccalauréat. Sur les 14 190 candidats annuels aux examens de fin d’année qui ont lieu au mois de décembre en Nouvelle-Calédonie, seules les séries générales et technologiques étaient encore corrigées dans l’Hexagone, soit environ 2 000 candidats concernés. Si globalement la nouvelle parait positive, certains syndicats d’enseignants pointent du doigt des dérives. « On sait que dans le cadre du projet éducatif, on veut augmenter le taux de réussite au baccalauréat d’ici 2020, donc une augmentation d’un peu plus de 3% par an », explique Fabienne Kadooka, secrétaire générale du syndicat des enseignants SFA-CGC. « On ne veut pas qu’on utilise cette correction du bac sur le territoire pour augmenter ce taux de réussite. Il y a aujourd’hui des pressions sur certains examens pour obtenir ce taux de réussite », assure-t-elle, brandissant le syndrome du « bac cocotier ».

De son côté, Sylvain Hons, Président du FCPE, une association de parents d’élèves, a fait part de sa satisfaction face à la décision du Congrès calédonien: « Il ne reste plus que des épreuves classiques d’enseignement général qui devraient être corrigées l’an prochain par les mêmes professeurs qui enseignent à nos enfants ». Pour le Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie, la correction locale du baccalauréat permet également un gain de temps d’une dizaine de jours, au bénéfice du calendrier scolaire et des candidats devant passer par les épreuves de rattrapage. Le diplôme du Baccalauréat sera, en 2017, conjointement reconnu par la Nouvelle-Calédonie et une Académie hexagonale. La Nouvelle-Calédonie devient ainsi le deuxième Outre-mer a corriger les épreuves du baccalauréat localement, après la Polynésie française.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment