Nickel calédonien : Entre colère et incompréhension, la population s’insurge sur Twitter

No Comment

La colère, l’exaspération, la lassitude et puis l’humour. Les sentiments sont multiples pour décrire la frustration des Calédoniens concernant le conflit des rouleurs qui s’éternise. Retour sur ce florilège de réactions.

Depuis 3 semaines, le « Caillou » vit ou plutôt, subit le conflit des rouleurs miniers. A l’origine du conflit, le syndicat des contracteurs miniers de Nouvelle-Calédonie Contrakmine, aidé des transporteurs du minerais réclame la possibilité d’exporter vers la Chine. Une demande refusée par les autorités calédoniennes. Résultats : circulation entravée, une rentrée scolaire menacée, des administrations fermées au public, le secteur économique en berne. De plus, le conflit vient de faire de sa première victime collatérale.  Dans la nuit du 23 août, un automobiliste a perdu la vie à proximité du barrage filtrant de Ko we Kara. Désormais, ce conflit qualifié d’historique par les différents observateurs, suscite un sentiment  d’exaspération auprès de la population. Cette dernière prise en étau dans ce mouvement n’hésite plus à faire part de sa colère. Outremers 360 a recueilli sur la toile quelques réactions d’internautes calédoniens.

Que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur les forums, divers sentiments traversent la population. En premier lieu, règne un climat de colère et d’incompréhension dans cette grève. Seule certitude, les Calédoniens ne mâchent  pas leurs mots pour faire part de leur avis. A l’instar d’Abdul qui s’est exprimé sur le média Calédosphère deux jours après le début du conflit :Alors on a d’un côté un chef d’entreprise minière qui doit brasser quelques millions par mois. Un représentant du syndicat des rouleurs mais qui est aussi un chef d’entreprise (en nc on en a plein des syndicalistes patron). Qui doit lui aussi brasser quelques millions par mois…Des rouleurs qui sont la parce qu’ils suivent les 2 autres et qui aussi gagnent bien leur vie…Des camions tous neufs…à plus de 15 patates l’unité….Qui font le coup de force (méthode approuvée par un syndicat) en marchant main dans la main pour obtenir plus…Et de l’autre on a des milliers de travailleurs qui gagnent en un an l’équivalent de ce que se font certains des gens cités ci dessus en un mois…et eux aussi ont des charges, des impôts…etc.et qui essayent juste de vivre correctement…. sans venir montrer ses muscles pour obtenir plus….Cherchez l’erreur….la NC est vraiment une terre de profiteurs….et il serait grand temps que cela change….« 

Sur Twitter également, les twittos font part de leur mécontentement. C’est le cas de @TOFnet qui fait un comparatif avec l’histoire avec son tweet “ #Rouleurs : Bienvenue en République Bananière/pays de non-droit”.

Après la colère, l’enlisement du conflit laisse peu à peu la place à la lassitude chez certains Calédoniens. @thethugmantv “Blocage ce soir? Décidez vous. ça ne me dérange pas. En tout cas, je le sens très mal tout ça” .

D’autres, pour parler du conflit des rouleurs, ont fait le choix de l’humour ou du sarcasme. Comme @JacquesTavan: “Conflit des #rouleurs: Daniel Goa est la Olivia Pope de Max et de Wilfried

ou @Milamazo, mis en repos forcé. “Dc, mon boss me demande de justifier mon travail à domicile pdt la grève des #rouleurs. Puis m’impose de prendre des congés anyway »

Après une vingtaine de jours, la nomination d’un nouvel médiateur, en la personne de l’indépendantiste de Daniel Goa laisse espérer une réouverture du dialogue entre miniers et gouvernement ainsi qu’une sortie du conflit. Mais quand ? Le doute demeure.

Catégories : Société

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment