Meurtre d’un couple de personnes âgées à La Réunion : cinq accusés devant les assises

No Comment

©DR / Clicanoo

Les cinq auteurs présumés d’une agression ayant entraîné la mort de deux commerçants âgés de 92 et 85 ans de Saint-Pierre (sud de La Réunion) seront jugés à la cour d’assises de Saint-Denis, à partir de mardi et jusqu’à vendredi.

Les victimes géraient une station-service bien connue dans le quartier habituellement paisible de Grand Bois à Saint-Pierre. Le 22 janvier 2015, Émile et Odette Aho-Nienne rentrent chez eux, accompagnés par deux de leurs fils. Ils sont sauvagement agressés à coups de barre de fer par trois individus. L’objectif des assaillants : dérober l’argent supposé se trouver à leur domicile. Gravement touchés à la tête, les commerçants décèdent peu de temps après. Leurs enfants, sexagénaires, sont grièvement blessés.

Trois jours après les faits, une jeune femme supposée avoir participé à l’agression se rendait elle-même à la police. Le lendemain les quatre autres auteurs présumés étaient interpellés. Trois personnes, une mère de famille, son compagnon et un homme d’une vingtaine d’années, sont mises en examen pour vol avec violences ayant entraîné la mort et vol commis avec une arme. Une jeune fille ayant conduit le groupe à la station-service est quant à elle poursuivie pour complicité. La dernière protagoniste est accusée de non-dénonciation de crime et recel de biens.

Quatre des accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité. La dernière risque une peine de dix ans d’emprisonnement. Le verdict est attendu vendredi. L’affaire avait provoqué indignation et émotion à La Réunion, la famille Aho-Nienne étant très appréciée des habitants du quartier où elle travaillait depuis plusieurs décennies. De nombreuses personnes venues de toute l’île avaient rendu hommage aux victimes sur les lieux du drame, déposant des fleurs et récitant des prières. Plus de 3.000 personnes avaient ensuite assisté aux obsèques alors que les stations-services de toute l’île baissaient leurs rideaux en signe de deuil et de solidarité.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment