Mayotte: Le Cran met en demeure Corsair, accusée de discrimination, ce que réfute la compagnie

No Comment

Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a mis en demeure lundi la compagnie Corsair de mettre un terme à des pratiques qu’il juge « discriminatoires » envers la population de Mayotte. Ce différend concerne le paiement de billets d’avion, a-t-on appris mardi, une accusation réfutée par la compagnie aérienne.

Corsair propose, sur son site internet un paiement des billets d’avion en 3 fois « aux particuliers (personnes physiques majeures) résidant en France », y compris « les Départements d’Outre-Mer sauf Mayotte », peut-on lire sur le site.

« Je ne vois pas pourquoi les habitants de Mayotte seraient exclus de ce dispositif. Ils en ont besoin autant et plus que quiconque. Il est tout à fait injuste et indigne de les en priver », a vivement réagi Louis-Georges Tin, président du Cran.

« L’attitude de Corsair à l’égard de Mayotte est tout à fait emblématique de la situation que vivent les Mahorais en général. A la discrimination qu’ils subissent au quotidien, s’ajoute le mépris. Il faut que cela cesse », a estimé Fernand Beyene, le président de l’antenne du Cran Mayotte à l’AFP.

L’avocat du Cran, Kevin Grossmann, rappelle que ce refus de vente fondé « sur des critères objectivement discriminatoires viole » le Code de la consommation et le code pénal. « Le considérable préjudice économique et d’image d’ores et déjà subi devra en tout état de cause être indemnisé », a affirmé l’avocat dans sa lettre de mise en demeure.

L’avocat précise que selon le nouveau code de procédure pénale, cette mise en demeure est l’étape obligatoire avant l’assignation que le Cran compte adresser à la compagnie Corsair sous huitaine, si elle ne met pas un terme définitif à ses agissements.

Contactée par l’AFP, la compagnie aérienne s’est défendue de toute discrimination. Elle affirme que cette offre d’achat en trois fois, fournie par BNP-Paribas Personal Finance, est une opération lancée » via une période de tests et par étape », et que « le déploiement à Mayotte doit se faire » dès mercredi.

« Il n’y a rien de discriminatoire à procéder par étape lorsque l’on lance une nouvelle offre », insiste-t-on chez Corsair, tout en signalant n’avoir pas encore reçu la lettre de mise en demeure. Corsair rappelle que l’offre ne s’adresse qu’aux résidants français.

Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment