Madagascar : « Nous avons les armes suffisantes pour lutter contre » la peste, assure le Président malgache

No Comment

Des fonctionnaires du ministère de la Santé publique pulvérisant du pesticide dans une salle de classe d’une école primaire à Andraisoro, dans la province d’Antananarivo ©Capture / DR

Alors que la peste à Madagascar a fait à ce jour 48 morts et 449 cas confirmés, le Président malgache Hery Rajaonarimampianina s’est exprimé pour la première fois depuis le début de l’épidémie, ce mardi 10 octobre.

Le Président de Madagascar Hery Rajaonarimampianina a été critiqué pour son apparente impassibilité face à la propagation de la peste sur la Grande Île, indique L’Info.re. Ce mardi, le Président malgache a donc consacré sa journée à démontrer son engagement dans la lutte contre la maladie : visite de la Centrale d’achats de médicaments essentiels et de matériels médicaux à Antanarivo et de l’Institut Pasteur, participation à la réunion de la cellule de crise au ministère malgache de la Santé et présence à la réception d’un lot de médicaments et de matériel de riposte offerts par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef et l’Usaid.

« La peste peut être guérie si l’on est soigné à temps. Nous avons les armes suffisantes pour lutter contre cette maladie », a déclaré Hery Rajaonarimampianina, demandant à la population de ne pas céder à la panique. Le Président malgache a également insisté sur l’importance de la communication et de la sensibilisation, à l’heure où les fausses informations se propagent aussi vite que les épidémies. Toujours selon le Président de la Grande Île, le gouvernement n’aurait pas manqué de multiplier les actions de prévention pour faire face à une épidémie. La peste revient chaque année à Madagascar, saisonnièrement, et fait chaque année de nombreuses victimes d’octobre à mars.

Hery Rajaonarimampianina le 27 mars dernier   ©Lintao Zhang / Pool / Getty Images / AP

Hery Rajaonarimampianina le 27 mars dernier ©Lintao Zhang / Pool / Getty Images / AP

Maladie hautement contagieuse, la peste est dans ce pays pauvre l’une des conséquences de l’état sanitaire de la population, du sous-équipement médical et de structures de soins peu à même de la combattre. Les grands hôpitaux, bien dotés en médecins qualifiés, mais en nombre limité face aux épidémies, s’appuient sur des dizaines de dispensaires de brousse aux équipements sommaires et souvent uniquement palliatifs. Dans ces conditions, la déclaration rassurante, quoique tardive du président malgache n’est pas anodine. Elle met en lumière une problématique sanitaire globale dépassant l’épidémie actuelle, déjà lourde en conséquences humaines.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment