Les Antilles françaises et la Guyane, nouveaux hubs pour les trafiquants de drogue

No Comment

Les 6 et 7 janvier 2012, la frégate Ventôse des Forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté deux voiliers de trafiquants de drogue avec une quarantaine de ballots de cocaïne

Si la circulation de la drogue par les Antilles-Guyane vers l’Hexagone et l’Europe n’est pas nouvelle, les régions françaises d’Amérique sont devenues des routes privilégiées pour les trafiquants, à cause du contexte géopolitique et de la répression dans d’autres zones, rapporte une étude récente de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Pointe-à-Pitre et Fort-de-France sont désormais non seulement des points stratégiques de réexpédition de la cocaïne destinée à l’Europe, mais aussi des marchés de gros secondaires où se rencontrent la criminalité locale et celle issue de l’Hexagone. En cause, la crise sécuritaire au Venezuela encourage les réseaux criminels à utiliser cette route. Selon L’ONUDC (Organisation des Nations unies contre la drogue et le crime), 30 % de la cocaïne destinée au marché européen transiteraient par les Antilles.  La cocaïne atteint les Antilles principalement depuis les côtes du Venezuela d’où partent des lanchas (embarcations rapides), des bateaux de pêche ou des voiliers de plaisance (slow-movers), dont les cargaisons sont déchargées soit directement en Guadeloupe ou en Martinique, soit sur des îles proches comme Sainte-Lucie.Dans le rapport publié en juillet dernier, Le Havre se distingue comme une porte d’entrée majeure de la cocaïne à destination de la France et de l’Europe occidentale.

Quant à la Guyane, jusqu’ici plutôt épargnée par le trafic de grande ampleur, l’augmentation des contrôles aéroportuaires entre le Suriname et les Pays-Bas et l’autonomisation de groupes criminels locaux expliquent une évolution spectaculaire. Ce département d’outre-mer devient une source de plus en plus importante de la cocaïne consommée dans l’Hexagone.

Les flux de cocaïne dans la mer des Caraïbes et vers la Guyane

Les flux de cocaïne dans la mer des Caraïbes et vers la Guyane

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment