Le CESE dresse 40 préconisations pour lutter contre la violence faite aux femmes en Outre-mer

No Comment

© CESE

Le Conseil Economique Social et environnemental a adopté ce 29 mars à l’unanimité un avis pour améliorer la prise en charge des femmes victimes de violences mais aussi accentuer la sensibilisation sur ce fléau.

Elaboré à partir des analyses rapportées de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et de Saint-Pierre et Miquelon, territoires spécialement concernés par cette problématique, le rapport met en exergue les facteurs aggravants expliquant  l’ampleur de la prévalence des violences sexistes et sexuelles contre les femmes, en Outre-mer.
Dans ces territoires insulaires, le rapport fait état de difficultés concernant la prise en charge des victimes liées à l’insuffisance des structures d’accueil et d’hébergement, un manque de formation des professionnels qui accompagnent ces victimes. Des facteurs qui se trouvent accentués en raison du contexte économique et social des territoires ultramarins.

Les 40 préconisations sont articulées autour de six axes : améliorer la connaissance ; renforcer la coordination et la coopération des acteurs, conforter la formation des professionnels, promouvoir la prévention et la sensibilisation, consolider les parcours de sortie des violences et augmenter les moyens mobilisés. De façon détaillée, le rapport préconise par exemple que tous les Outre-Mer se dotent d’un Observatoire territorial des violences faites aux femmes, le déploiement rapide dans tous les territoires ultramarins du dispositif Téléphone grave danger (TGD), déjà généralisé dans l’Hexagone ainsi que le déploiement dans les territoires ultramarins de l’enquête Virage sur les violences et les rapports de genre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment