La Réunion: Grève au Centre hospitalier universitaire contre la suppression de 250 emplois

No Comment

©Imaz Press Réunion

Annoncée la semaine dernière, une grève illimitée a débuté ce mardi 28 février au Centre hospitalier universitaire (CHU) de La Réunion. A l’initiative de l’intersyndical CFDT, CFTC, FO, Sud Santé et Unsa, le personnel du CHU proteste contre la potentielle suppression de 250 emplois.

Débutée ce mardi à 6h, le personnel gréviste, notamment le corps médical du CHU de La Réunion, s’oppose au « plan d’action » visant à réaliser des économies « drastiques ». 250 emplois risqueraient à terme d’être supprimés. Selon un rapport de l’Igas, la gestion du CHU de La Réunion serait « alarmante », avec un déficit de 20 millions d’euros en 2015 et 26 millions d’euros en 2016. Les personnels grévistes demandent également « le respect des engagements pris lors de la création du CHU en 2012″.

En milieu de journée, la direction de l’Agence régionale de Santé (ARS) a reçu les représentants syndicaux. « J’estime que nous avons réellement commencé les négociations », a déclaré David Belda, secrétaire général de FO-Santé. Selon lui, le directeur de l’ARS François Maury a indiqué qu’ « un chiffrage des surcoûts (ayant entraîné le déficit du CHU) » sera réalisé afin de mieux les évaluer. « Le directeur de l’ARS s’est engagé à à transmettre à Marisol Touraine, ministre de la Santé, notre demande d’un accompagnement exceptionnel pour régler ce passif », ajoute David Belda. Une autre rencontre, en visioconférence, était prévue cet après-midi entre les syndicalistes et le directeur du CHU Lionel Calenge. Néanmoins, aucune information n’est encore parvenue sur l’issue de cette rencontre. A 18h (heure locale), la grève était toujours en cours.

Selon le CHU, 55% du personnel médical et 30% du personnel non-médical auraient rejoint le mouvement de grève qui a causé de nombreux bouchons ce matin à La Réunion suite à la distribution de tracts par les grévistes. « Il est possible que l’accès au CHU soit moins fluide qu’à l’habitude, mais aucun patient ne sera empêché d’accéder aux services hospitaliers que son état de santé nécessiterait », a indiqué de son côté le CHU, assurant la continuité des urgences et des soins.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment