La Réunion: Bientôt un réseau de téléphériques sur St Denis

1 Comment

Image d’illustration ©projets-architecte-urbanisme.fr

Ce jeudi 29 septembre, le conseil communautaire de la Cinor s’est réuni et a adopté le projet de transport par câble sur les secteurs du Chaudron, du Moufia et de Bois de Nèfles. Ce projet rentre dans le cadre du Plan de déplacement urbain de l’agglomération et devrait contribuer à améliorer les déplacements toujours difficiles aux abords de la ville.

C’était un projet depuis longtemps dans ses cartons : la Communauté Intercommunale du Nord de La Réunion (Cinor), regroupant les communes de Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, veut faire émerger de nouveaux moyens de transports collectifs « innovants », comme le téléphérique. Cette fois, la décision semble prise. Sur 3,6 km, le projet de téléphérique prévoit d’intégrer plusieurs stations partant du littoral du Chaudron au pôle d’échanges du TCSP et au Mail du Chaudron. Le projet prévoit aussi d’intégrer d’autres stations au niveau du Crous et de l’Université de la Réunion, au niveau de la bibliothèque intercommunale au Moufia, ainsi qu’au niveau du lycée et de la mairie du Bois de Nèfle. Pour six ou sept stations retenues, les coûts d’investissements sont évalués entre 45 et 50 millions d’euros. Ce serait toute la partie Est de la ville qui serait ainsi décongestionnée.

Selon la Cinor, les études préliminaires devraient débuter au mois d’octobre pour un lancement de la consultation pour le marché de conception-réalisation début 2017. La Cinor espère attribuer le marché de conception-réalisation pour début 2018 et démarrer les travaux fin 2018. La livraison des téléphériques dans ce secteur est prévue pour fin 2019. L’autre projet de transport par câble adopté par la Cinor concerne les quartiers de Bellepierre et de La Montagne. Ce projet intègre 2,9 km de trajet desservant quatre stations, depuis la mairie annexe du 8e km de La Montagne et le pôle d’échanges multimodal entre la rue Bertin et le pont Vinh-San sur le Boulevard Sud. Ce second projet de téléphérique est évalué à 43 millions d’euros et devrait être mis en service en 2020.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire

  1. Louis Pariot

    Et il y aura combien de « surcoût » parce que c’est l’habitude les surcoûts… rien que la route des tamarins avait eu 75% de surcoût !!!! Et on dit qu’il y a encore de la misère à la Réunion ? Lol