Insécurité à Mayotte : Manifestation et appel à une journée « île morte »

No Comment

©Mayotte Hebdo

Quelque 300 personnes ont défilé lundi à Mamoudzou contre l’insécurité à Mayotte, objet depuis cinq jours de manifestations, en appelant à une journée « île morte » mardi.

A l’appel d’une intersyndicale et d’un collectif d’associations, les manifestants ont distribué des tracts aux entreprises et administrations pour les inviter à rejoindre l’opération. Ils ont également bloqué un rond-point névralgique du centre de Mamoudzou durant près de deux heures l’après-midi, a précisé la police. En parallèle, une douzaine d’élus ont rédigé un projet d’ « appel d’urgence au gouvernement » dans lequel ils demandent notamment l’affectation de 100 postes de policiers et de gendarmes « à répartir sur le territoire ». Interpellé par le député Mansour Kamardine (LR), le Ministre de l’Intérieur a rappelé que les effectifs de la Gendarmerie nationale a augmenté de 25% entre 2012 et 2017. Gérard Collomb a également annoncé l’étude d’une Zone de sécurité prioritaire à Mayotte.

Un peloton de gendarmes est arrivé vendredi de l’île de La Réunion en renfort, a-t-on appris de la Gendarmerie nationale. Vendredi dernier, des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre avaient conduit au placement en garde à vue de trois personnes. Depuis mardi dernier, une succession de mouvements de protestation contre l’insécurité se sont tenus à Mayotte, menée notamment par un collectif d’associations affirmant que l’insécurité qui sévit sur l’île est directement liée à l’immigration clandestine des îles voisines de l’Union des Comores.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment