Haïti : « L’homophobie d’Etat » votée par le Sénat

No Comment

©DR

Ce mardi 1er août, le Sénat de Haïti a voté une proposition de loi interdisant le mariage entre deux personnes de même sexe et la « promotion » de l’homosexualité dans tout le pays, rapporte Marianne. Le Sénat haïtien instaure ainsi une « homophobie d’Etat », sous couvert d’attachement aux valeurs et aux traditions.

Selon Marianne, le texte voté ce mardi 1er aout précise que « les auteurs, co-auteurs et complices » d’un mariage entre deux personnes de même sexe risquent une peine de trois ans de prison ferme et une amende d’environ 7 000 euros. Cette nouvelle loi bannit également « toutes manifestations publiques d’appui à l’homosexualité et de prosélytisme en faveur de tels actes ». En cas d’infraction, seule la police et la justice peuvent agir, indique en outre le texte.

« Il faut empêcher la dépravation de la jeunesse. Il faut empêcher l’abomination dans ce pays », a ainsi déclaré le sénateur Carl Murat Cantave, défenseur du texte, qui a fait un parallèle entre les catastrophes naturelles qu’a subit Haïti et l’homosexualité, faisant référence à l’épisode biblique de Sodome et Gomorrhe. D’autres sénateurs ont emboité le pas, jugeant l’homosexualité comme « envahissante ». Bien que la République de Haïti soit laïque de par sa Constitution, les discours religieux n’ont pas manqué lors des discussions autour du texte.

« Cette prédominance religieuse a agi au niveau de l’assemblée et, bien que l’État soit laïc, ce sont des gens qui ont une foi qui sont aujourd’hui en majorité », a même concédé Youri Latortue, Président du Sénat, qui ajoute, « quand vous avez un pays, il faut vous attacher à vos valeurs et à vos traditions. A l’étranger, certains le voient différemment mais, en Haïti, c’est comme ça qu’on le voit ». En Haïti, 80% de la population est catholique précise Marianne.

« Ce texte divise notre société, ça renforce les préjugés et les discriminations », a dénoncé de son côté Charlot, Président de l’association Kouraj, qui défend les droits des personnes gays, lesbiennes, bi et trans. « On considère ça comme un attentat contre la communauté LGBT dans ce pays », regrette-t-il. Le 18 juillet dernier, l’association avait lancé une pétition pour empêcher le vote du texte, en vain. « Cette formulation du texte, c’est de la politique politicienne : ils savent très bien que, de toute façon, ça va apporter beaucoup plus de violences et de préjugés par rapport à la communauté LGBT ». Le texte de loi doit maintenant passer par le vote des députés haïtiens.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment