Guyane : La journée de soutien à la grève du CHAR se termine par la garde-à-vue de membres des « 500 frères » et de « Trop Violans »

No Comment

© Twitter  Callmeharrye

Mardi 6 juin, la Guyane a connu une journée de tensions. Des membres des associations « 500 frères » et « Trop violans », ont été arrêtés puis libérés mardi après le blocage du centre des impôts à Cayenne.

Dès l’aube, plusieurs membres de ces collectifs avaient bloqué le centre des impôts en y installant des palettes enflammées pour soutenir les grévistes du centre hospitalier . Une action qui intervient alors qu’une « mission d’expertise en ressources humaines » est arrivée en Guyane pour trouver une solution à ce conflit qui touche le Centre Hospitalier André Rosemond de Cayenne (CHAR) depuis plus de deux mois.
Plusieurs membres des deux associations, dont les leaders Olivier Goudet et Stéphane Palmot, ont été interpellés et placés en garde à vue durant près de 6 heures pour « entrave sur la voie publique ». A la suite de ces interpellations, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant le commissariat dans le centre-ville de Cayenne, pour réclamer leur libération. « Les gardes à vue ont été levées à 13h45 mais l’enquête se poursuit », a indiqué Eric Vaillant, procureur de la République près du tribunal de grande instance de Cayenne.

Dans un communiqué, le collectif Pou Lagwiyann dékolé (Pour que la Guyane décolle), qui a mené le mouvement social en mars et avril pour obtenir le rattrapage économique et social de la Guyane par rapport à la métropole, a exprimé son soutien « aux membres des associations « 500 Frères contre la délinquance » et « Trop Violans » rappelant que « la problématique de santé fait partie des axes forts sur lesquels » il travaille, « en attendant la mise en place des comités de suivi (de l’Accord de Guyane signé le 21 avril) à l’issue des législatives ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment