Guyane: Des femmes enceintes évacuées aux Antilles pour cause de manque de personnel

No Comment

© Ministère de la Défense, une évacuation sanitaire de Cayenne vers les Antilles en avril 2016 par les Forces Armées en Guyane

Des femmes accouchant avant terme et les nouveau-nés prématurés de Guyane française sont actuellement évacués vers les Antilles car ils ne peuvent pas être pris en charge par l’hôpital de Cayenne, à cause d’un manque de personnel, a-t-on apprismercredi de sources médicales.

Cinq femmes enceintes et quatre grands prématurés suivis par le centre hospitalier ont ainsi été évacués depuis la fin juin, selon la direction de l’hôpital.  Ces transferts interviennent depuis cette date à cause de l’impossibilité du service de réanimation néonatale d’accueillir toutes les patientes. Pour y remédier, « des transferts sont organisés sur les Antilles et concerne des transferts in-utéro (après accord de la future parturiente) et des bébés », a ajouté la direction.   « Tous les jours, il y a une réunion de crise », selon un médecin sous couvert d’anonymat.

Depuis le 30 juin, des médecins de l’hôpital de Cayenne et des médecins réservistes du CORRUSS (Centre opérationnel de réception et de régulation des urgences sanitaires et sociales) sont mobilisés car la moitié, voire plus, de la dizaine de praticiens du service ne sont pas à leur poste. Selon un autre médecin, ces défections s’expliquent par « trois ans de surmenage et de sous-effectifs. On travaille un nombre d’heures au-delà du raisonnable, sous restrictions budgétaires. L’équipe est très méritante et travaille 6 jours sur 7, à raison de 70 heures par semaine. Donc, au bout d’un moment ça craque ». La direction a de son côté justifié les absences par des « congés annuels plus des arrêts maladies ».

Ce dysfonctionnement coïncide avec l’ouverture d’une enquête par le parquet de Cayenne, suite aux décès survenus dans ce service hospitalier en juillet-août 2016 de cinq grands prématurés « des suites d’une infection nosocomiale », avait alors indiqué l’ARS (Agence régionale de santé), précisant que « le staphylocoque doré est un germe très banal, surtout en milieu tropical ».

Au cours du conflit social qui a paralysé la Guyane en mars-avril dernier, les équipes hospitalières ont subi la colère populaire. Les carences du système de santé, au rang desquelles les maladies contractées lors d’une hospitalisation, figuraient parmi les principales récriminations de la population.

Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment