Formation Outre-mer : L’ILERI lance un Master de coopération internationale dédiée aux Outre-mer

No Comment

C’est à La Défense, au campus de l’ILERI, que prendra place cette nouvelle formation BAC+5 dédiée aux Outre-mer ©ILERI

L’ILERI, établissement d’enseignement supérieur spécialiste des relations internationales, a inauguré ce mardi 3 juillet son nouveau MPI Coopération Internationale des Outre-mer et Environnement. Conçu par Mikaa Mered, professeur de Géopolitique des Monde polaires, et Claire Bourgeois, Directrice de l’ILERI, ce Master 5 est parrainé par le sénateur Michel Magras et sera lancé dès la rentrée 2018. 

Un Master 5, spécialisé dans le management et la coopération internationale, pour les Outre-mer et les étudiants ultramarins, c’est le défi que s’étaient lancés Mikaa Mered et Claire Bourgeois. Et c’est pari réussi. « On réfléchissait à créer un Master sur le monde polaire, maritime et Outre-mer. Petit à petit, après plusieurs mois de travail, on en est venu à la conclusion qu’il fallait qu’on se concentre sur les Outre-mer et leur environnement pour former des managers de projets internationaux sur la coopération internationale des Outre-mer », raconte Claire Bourgeois. Pour Mikaa Mered, responsable du programme et professeur en Géopolitique des Mondes polaires, « le nouveau MPI proposé par l’ILERI permet d’analyser les enjeux géopolitiques et géoéconomiques des outre-mer avec un angle pluridisciplinaire innovant ».

Mikaa Mered, professeur de Géopolitique des Mondes polaires et responsable du programme MPI Coopération internationale des Outre-mer et environnement ©Outremers360

Mikaa Mered, professeur de Géopolitique des Mondes polaires et responsable du programme MPI Coopération internationale des Outre-mer et environnement ©Outremers360

« Grâce à ses outre-mer, la France est la seule nation au monde à être présente dans tous les grands bassins géostratégiques, du sub-Arctique à l’Antarctique, du Pacifique à l’Atlantique, du polaire au tropical. Les outre-mer, ce sont 2,7 millions de français gardiens de 50,1% du territoire terrestre, 97% du territoire maritime et 80% de la biodiversité nationale », peut-on lire sur le site de l’ILERI. Il va donc sans dire qu’il s’agit d’un Master ouvert à tous, mais « d’abord pour les étudiants ultramarins », assure Claire Bourgeois. « C’est une formation qui est prévue totalement en ligne. On espère avoir des étudiants présents physiquement avec nous à Paris-La Défense mais ils pourront aussi être à distance sur la plateforme en ligne ».

©ILERI / Mikaa Mered

©ILERI / Mikaa Mered

La formation est accessible à partir d’un BAC+4, soit 240 crédits ECTS, une équivalence d’expérience professionnelle et une reconnaissance de cette expérience ou encore un BAC+5. « En effet, nous avons des gens intéressés par la formation qui ont déjà un BAC+5 et qui souhaitent refaire un BAC+5 plutôt spécialisé sur la coopération internationale des Outre-mer ». Un cycle de conférence en lien avec la Direction générale des Outre-mer est prévu dès la rentrée.

Pour quels métiers ?

Selon la Directrice de l’ILERI, « il y aura des matières en liens avec la profession de Manager des projets internationaux : gestion de projets, management, ressources humaines, … Et puis toute une partie sur la spécialisation Outre-mer : géopolitique, droit maritime, entrepreneuriat social, les forces politiques en présences, les Collectivités territoriales, la gestion des risques environnementaux… ». « On forme des cadres de la coopération internationale des Outre-mer, donc des gens qui seront amenés à créer leur entreprise, des managers, des décideurs, des entrepreneurs qui vont soit travailler dans les Collectivités locales dans les Outre-mer mais aussi en France et pour les Outre-mer et notamment pour la coopération internationale des Outre-mer, pour faire avancer et aboutir des projets de développement dans le domaine environnemental, de l’entreprise, de la politique, … Le champ est très large et c’est celui du développement de la coopération internationale des Outre-mer et pour les Outre-mer », poursuit Claire Bourgeois.

Ce nouveau Master a été inauguré ce mardi 3 juillet au Sénat, en présence notamment de Michel Magras, sénateur de Saint-Barthélemy et Président de la délégation aux Outre-mer du Sénat, des sénateurs Victoire Jasmin, Victorin Lurel, Mohamed Thani Soilihi et Nassimah Dindar, du Président de la Fedom Jean-Pierre Philibert ou encore, de la Présidente de l’ACCD’OM Sophie Charles et de son délégué général Lilian Malet, et de nombreuses personnalités.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment