Droits de l’Homme en Outre-mer: La France doit reconnaître les spécificités des peuples autochtones

No Comment

©Ateliers Aymara

Les Amérindiens de Guyane et les Kanak de Nouvelle-Calédonie, « peuples autochtones » des Outre-mer, continuent à subir une marginalisation et un manque d’accès aux droits, a déploré jeudi la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH).

Dans un avis adopté jeudi à l’unanimité, la CNCDH s’est penchée sur « la place des peuples autochtones dans les territoires ultramarins français », première partie d’un travail plus global sur les droits de l’homme en Outre-mer, qui fera l’objet d’autres avis à venir et d’une publication, a indiqué la présidente de la CNCDH, Christine Lazerges. Pour cet avis, la CNCDH s’est focalisée sur les Amérindiens de Guyane et les Kanak de Nouvelle-Calédonie, « les seuls peuples autochtones de la République française » selon les critères de l’ONU: antériorité dans un territoire donné; expérience de la conquête ou de la colonisation; situation de non dominance; revendication identitaire. Les Amérindiens représentent moins de 5% (soit entre 6.000 et 10.000 personnes) de la population de Guyane, et les Kanak environ 39% de la population de Nouvelle-Calédonie.

©Sébastien Labègue

©Sébastien Labègue

La CNCDH, qui fait au total une quinzaine de recommandations, préconise notamment d’utiliser le terme « peuples autochtones » plutôt que « populations ». « Utiliser « Peuple » renvoie beaucoup mieux à une communauté et à des coutumes et c’est déjà une reconnaissance de leurs spécificités », estime Mme Lazerges. Mais la CNCDH remarque que « la situation des Kanak est appréhendée par l’Etat de façon totalement différente de celles des Amérindiens ». Ainsi, avec l’accord de Nouméa (1998) qui « reconnaît explicitement la légitimité des revendications des Kanak », « la Nouvelle-Calédonie est le seul exemple de territoires ultramarins français dans lequel sont reconnues constitutionnellement les spécificités des peuples autochtones ». A l’inverse, la prise en compte des particularismes autochtones demeure difficile en Guyane, « où la tendance est à l’alignement sur le droit commun ».

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment