Déserts médicaux : Des médecins cubains en Polynésie ?

No Comment

L’idée, qui avait été formulée pour la première fois par Oscar Temaru lorsqu’il était président du gouvernement, refait surface. Pour pallier aux déserts médicaux dans les îles éloignées, la Polynésie française pourrait bien faire appel aux médecins cubains.

C’est l’actuel ministre polynésien de la Santé, Patrick Howell, qui a remis le sujet sur la table. Évoquée un temps par Oscar Temaru, l’annonce avait alors suscitée une vive polémique. Relayé par Polynésie 1ère, le territoire manque de médecins, surtout dans les îles. En effet, les 118 îles qui composent la Polynésie française ne disposent pas toutes de médecins ou infirmiers. Lorsqu’un habitant d’une île isolée a besoin de soin, c’est l’évacuation sanitaire qui prime, ce qui n’est pas forcément idéal d’un point de vue pratique. Pire lorsque le patient a besoin de soins en urgence. La solution à ce problème pourrait alors venir de Cuba. Si d’autres Etats du Pacifique, comme les Salomons, Tuvalu et Kiribati, se sont plaints du système de formation des médecins cubains, ces derniers ont bonne réputation dans la région des Caraïbes et même jusqu’aux Etats-Unis.

Elles ont beau être belles, certaines îles de Polynésie française sont dépourvues de médecins, ce qui peut être fatal lorsqu'une prise en charge médicale rapide est nécessaire ©Yann Arthus Bertrand

Elles ont beau être belles, certaines îles de Polynésie française sont dépourvues de médecins, ce qui peut être fatal lorsqu’une prise en charge médicale rapide est nécessaire ©Yann Arthus Bertrand

En Polynésie, l’annonce fait réagir et tout le monde n’est pas du même avis que Patrick Howell. L’ancienne ministre de la Santé, Armelle Merceron, rappelle la convention signée avec l’Université de médecine de Bordeaux dont beaucoup de jeunes étudiants polynésiens ont bénéficié. Pour elle, « il faut les encourager à venir ici », à pratiquer en Polynésie. Elle compte notamment sur « la mise en oeuvre du futur schéma d’organisation sanitaire pour arriver à nos fins sans être obligés de choisir ces solutions », qu’elle juge « extrêmes ». De son côté, Oscar Temaru soutien l’idée, l’ayant lui-même proposé alors qu’il était président. « Je suis allé sur place, ils ont vraiment une autre conception de l’éducation, de la santé » avant de souligner « l’effort qu’ils font pour la prévention ». En métropole, les région font face aux déserts médicaux en faisant appel à des médecins étrangers, généralement venus d’Europe. Reste à savoir quelle solution la Polynésie choisira afin de remplir ses déserts médicaux.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment