Délinquance en Outre-mer: La délinquance baisse en 2017 en Guadeloupe mais le nombre d’homicides reste élevé

No Comment

© Préfecture de Guadeloupe

La délinquance a « globalement » régressé en Guadeloupe en 2017, grâce notamment à la prévention, mais le taux d’homicides reste très élevé, a affirmé vendredi le préfet de l’île, Eric Maire.

« Les résultats sont encourageants. Globalement les chiffres ont baissé, notamment ceux des faits les plus violents », a déclaré le préfet de Guadeloupe Eric Maire. Selon le bilan de la préfecture pour l’année écoulée, les vols avec violences ont baissé de 29%, passant de 1.787 à 1.272. Parmi eux, les vols à main armée diminuent de 25%, ceux avec armes blanche de 51,5% et les vols avec violence sans armes de 21%. Les atteintes aux biens ont également régressé de 3,9% et les atteintes volontaires à l’intégrité physique de 10,7%. En revanche, les vols liés à l’automobile ont augmenté de 10,8%.

Pour le préfet, ces résultats s’expliquent par « l’organisation mise en place » par les forces de police et de sécurité, dont des campagnes de communication très relayées sur les réseaux sociaux. Ainsi la campagne « Déposez les armes » a conduit au dépôt volontaire de près de 700 armes (détruites depuis) et 2.500 munitions. « Nous avons aussi lancé un vrai travail partenarial notamment en instaurant les Comités locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, qui associent tous les acteurs du territoire sur le sujet », a précisé Eric Maire.

©Préfecture de Guadeloupe

©Préfecture de Guadeloupe

37 homicides en 2017

« Toutefois, il nous faut continuer nos efforts car le nombre de faits reste tout de même très haut dans notre département », a-t-il nuancé. En outre la gravité des événements violents « demeure particulièrement préoccupante », a-t-il estimé, avec un nombre d’homicide qui reste très élevé (31 en 2017). « Ceci soulève à nouveau la question de la rapidité du passage à l’acte dans les conflits de voisinage ou familiaux », a fit la préfecture. Pour 2018, la préfecture compte s’appuyer sur « l’équipement en outils numériques, comme les tablettes (qui) permettront de lancer immédiatement des procédures, directement sur le terrain », a souligné Eric Maire. Une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), publiée mercredi, avait révélé que le taux moyen d’homicides volontaires en Guadeloupe et à Saint-Martin s’établissait entre 2014 et 2016 à 8,2 pour 100.000 habitants. Il est de 4,5 à Paris, 3,8 en Corse et 2,9 dans les Bouches-du-Rhône.

© Préfecture de Guadeloupe

© Préfecture de Guadeloupe

La procureure générale de Guadeloupe Danielle Drouy-Ayral a assuré récemment que les « bons chiffres » permettraient de traiter un »autre mal » de l’archipel, les fraudes fiscales et la corruption.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment