De la Polynésie à la Guadeloupe : La nouvelle vie de l’Aremiti 4 sur la liaison Pointe-à-Pitre – Fort-de-France

No Comment

©Radio 1 Tahiti / Lucie Ceccarelli

Catamaran à grande vitesse de type « Flying cat » et d’une longueur de 49 mètres, l’Aremiti 4 s’apprête à œuvrer en Guadeloupe, après avoir lancé sa carrière en Polynésie jusqu’en 2005, puis en Nouvelle-Calédonie jusqu’en 2011. L’Aremiti 4 est le premier car-ferry rapide à avoir assuré la desserte entre les îles de Tahiti et Moorea.

Située à une trentaine de kilomètres au Nord-ouest de Tahiti, l’île de Moorea, touristique par excellence, abrite de nombreux polynésiens travaillant dans la zone urbaine de Tahiti. La desserte entre les deux îles est majeure, à la fois pour transporter les touristes et Polynésiens partant en week-end, mais aussi les nombreux travailleurs qui, chaque jours, emploient la route maritime. Au fil des années, et pour répondre à une demande croissante, l’armateur Degage se dote du tout premier car-ferry rapide de Polynésie : l’Aremiti 4 (490 passagers, 21 véhicules). Sorte d’hybride entre le catamaran rapide ne transportant que des passagers et le ferry, plus lent, pouvant transporter véhicules de toutes tailles et fret, l’Aremiti 4 rallie Tahiti à Moorea en 30 minutes. Résultats : une traversée plus rapide, une capacité augmentée par rapport aux catamarans traditionnels et surtout, plus de rotations entre les deux îles.

©

©Elvis Mahatia / MarineTraffic.com

L’Aremiti 4 œuvra en Polynésie au début des années 2000, de 2000 à 2005 sur la desserte Tahiti-Moorea. Il sera remplacé par l’Aremiti 5, plus grand et plus rapide, et rejoindra les eaux calédoniennes en 2008. L’Aremiti 4 y assure la desserte Nouméa – Île des Pins et Nouméa – Prony pour la société Île des Pins Ferry. Ces rotations sont essentiellement touristiques mais aussi pour le transport du personnel de la mine de nickel de Vale Inco. L’aventure Aremiti 4 en Nouvelle-Calédonie s’achève en 2010, avec la fermeture de la société Île des Pins Ferry. Le navire reste alors accosté à Nouméa, avant de rejoindre son île d’origine en juillet 2011, où il est orienté vers la desserte Tahiti – Îles-sous-le-Vent, sans grand succès. De son côté, l’Aremiti 5, toujours en service sur Tahiti – Moorea, devrait être remplacé en juillet 2019 par l’Aremiti 6.

Pour l’Aremiti 4, c’est une nouvelle page qui s’ouvre en 2018, dans les eaux caribéennes, et plus particulièrement, entre la Guadeloupe, la Dominique et la Martinique. Racheté par la société Val Ferry et rebaptisé « Idéal », il ralliera, dès juin, Pointe-à-Pitre en Guadeloupe à Fort-de-France en Martinique, via l’île de Marie-Galante et Roseau en Dominique. « Le car-ferry passagers-voitures, c’est une combinaison qui nous satisfait », a confié Claude Vala, gérant de Val Ferry, à Guadeloupe 1ère. « Nous avons trouvé un navire qui correspond tout à fait à cette ligne ». L’Aremiti 4, arrivé en Guadeloupe cette semaine, avait quitté la Polynésie le 17 février. L’armateur Degage et ses salariés confiaient sur leur page Facebook : « Ce n’est pas sans un pincement au cœur que nous lui disons « Bon vent, bonne mer » » !

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

ARTICLES POPULAIRES