« Ce sont des crimes gratuits que nous ne pouvons pas admettre au nom de l’islam »,déclare Houssen Amode le président du conseil régional du culte musulman de la Reunion

No Comment

© Blog de Inanga

L’assassinat d’un prêtre à Saint-Etienne de Rouvray, en Normandie,  a provoqué une vague d’indignation partout dans l’hexagone et en outre-mer. Outremers360 a donné la parole  à  Houssen Amode, Président du conseil régional du culte musulman de la Réunion et surtout membre fondateur du groupe du dialogue interreligieux de la Réunion.

« C’est un crime odieux qui a été commis, au delà-même de la violation d’un espace religieux sacré,avec une atteinte à la vie humaine. De plus, un acte qui touche un prêtre, un homme de foi qui a été tué en plein office religieux » souligne Houssen Amode, membre fondateur et membre du groupe du dialogue interreligieux à la Réunion. « Pour  nous, à la Reunion, qui connaissons le vivre ensemble où les religions, les obédiences constituent une richesse de notre société, diversifiée et pluraliste, c’est un crime qui nous choque au plus haut point. Il y a un palier de plus qui a été franchi dans l’horreur. On tue une personne âgée, quelqu’un de très vulnérable, des gens en plein office religieux. On nous dit que c’est la guerre ! Cela ne peut pas être la guerre, ce sont des crimes gratuits. Nous avons affaire à des criminels. La guerre se fait entre des soldats, par des personnes qui se battent à armes égales. Ce qui s’est passé, ce sont des crimes gratuits que nous ne pouvons pas admettre au nom de l’islam ou au nom de l’humanité. »

Un acte que ce religieux condamne fermement. « Avec tous attentats depuis 2015, nous avons eu l’occasion de nous exprimer de façon unitaire et ferme pour dire que cela n’a rien à voir avec l’islam. Ma réaction est également une réaction au nom de toutes les composantes musulmanes de l’île puisque je représente les différentes obédiences, sunnites et chiites. »

Le président du conseil  du culte musulman, se dit aujourd’hui peiné et attristé. Il craint que cette tension constante met en péril l’harmonie existante entre les différentes cultures religieuses.« Nous avons une inquiétude que les choses dérapent dans cette société qui est fragilisée par rapport à des questions sociales ou économiques. Même à la Réunion, il faut que nous soyons vigilants puisqu’il peut avoir des débordements, des réactions hostiles même si nous croyons beaucoup à la solidité de nos relations non seulement entre les hommes de foi mais entre les différentes communautés. », poursuit-il.

Aujourd’hui, Houssen Amode appelle à la responsabilité de tous mais aussi de la classe politique et des médias. « Nous attendons de ceux qui ont une portée de voix nationale, de nos médias est  de ne pas faire de la surenchère et de la polémique inutile. C’est au contraire de se réunir, d’être solidaire et de faire front tous ensemble pour pouvoir face à des défis qui sont complexes et difficiles. Quand on voit qu’avec un couteau ou un véhicule, on peut tuer des gens parfois même en masse, là on ne parle pas d’armes sophistiqués.Cela peut être la personne qu’on croise sur la route, ou un voisin que l’on a habitude de côtoyer, d’apercevoir sans aucune crainte. Les choses sont entrain d’évaluer et c’est vraiment gravissime. Nous attendons de nos gouvernants, hommes politiques et médias qu’on n’en rajoute pas en jetant de l’huile sur le feu, et qu’on ne réveille pas de mauvais instincts, le pays n’a pas besoin de ça, conclut Houssen Amode.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment