Après Irma : Point d’étape et nouvelles mesures économiques pour la reconstruction de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

No Comment

©Outremers360

Ce mercredi 11 octobre à Paris, le Premier Ministre a réuni le 3ème comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. 20 ministres, secrétaires d’Etat et directeurs de cabinet, dont la Ministre des Outre-mer, étaient présents à ce comité, autour du Délégué interministériel Philippe Gustin, missionné spécialement pour la reconstruction des deux îles. Pour la première fois, les Présidents des Collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Daniel Gibbs et Bruno Magras, ont participé à ce comité.

« Le but de ce troisième comité interministériel était double », indique le Ministère des Outre-mer : « faire un point sur la situation des deux îles un mois après le passage de l’ouragan et décider du lancement de nouvelles mesures visant à consolider le retour à la vie normale de leurs habitants ».

« Un mois après la catastrophe, la phase d’urgence est derrière nous », a assuré la Ministre des Outre-mer Annick Girardin, faisant écho à l’intervention du Premier Ministre au Sénat, ce mardi 10 octobre. « Les réseaux électriques et de télécommunications ont été rétablis sur l’ensemble des deux îles. L’accès à l’eau reste toutefois problématique à Saint-Martin » souligne-t-elle. « Seulement 68% des foyers bénéficient de l’eau courante et quatre quartiers sont totalement dépourvus d’eau potable » explique-t-elle, « c’est véritablement une question de réseau ». « Tous les habitants de Saint-Martin seront ravitaillés en eau » poursuit la Ministre, citant notamment « les fontaines d’eau » et la distribution en bouteilles d’eau, comme ce fut le cas dès les premiers jours après le passage d’Irma.  « L’Agence française pour la Biodiversité a décidé la mise en place immédiate d’interventions exceptionnelles pour les Antilles pour restaurer ces réseaux », ajoute-t-elle.

La moitié des écoles de Saint-Martin ré-ouvertes

Concernant la rentrée des classes largement retardée, « la moitié des établissements scolaires de Saint-Martin sont aujourd’hui ré-ouverts, la totalité sur Saint-Barthélemy », assure Annick Girardin. « Le dernier délai est la rentrée de la Toussaint », moment qu’a choisi le Premier Ministre pour se rendre sur place, a rappelé la Ministre des Outre-mer. Côté sécurité, les effectifs envoyés sur place « vont rester encore plusieurs semaines ».

Redémarrage de l’activité économique

L’autre « sujet important » pour les deux îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy : « le redémarrage de l’activité économique », essentiellement portée sur le tourisme. « Pour que la vie reprenne, tout doit reprendre, y compris les relations en matière de transport », insiste Annick Girardin. « Un certain nombre d’aides vont être mises en place pour les entreprises », qui devraient compléter celles déjà déployées, comme le moratoire sur les dettes fiscales et sociales. Annick Girardin a notamment annoncé une  « aide au redémarrage des entreprises sinistrées » qui varie entre 1000 à 5000 euros, « pour les entreprises qui garantissent le maintien de l’emploi aux salariés grâce au dispositif de chômage partiel » et jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises  qui, en plus de maintenir l’emploi de leurs salariés, « présenteront leurs factures acquittées liées au redémarrages de leurs entreprises ». « BPI France sera présent à Saint-Martin et Saint-Barthélemy pour maintenir la garantie des prêts auprès des banques locales », a également indiqué Annick Girardin.

« L’île de Saint-Barthélemy est trop petite pour avoir la capacité d’accueil pour relancer l’activité aérienne » a constaté Bruno Magras, Président de la Collectivité saint-barthoise. « Je plaide pour que la reconstruction puisse se faire rapidement à Saint-Martin (…), si nous voulons vraiment que l’activité touristique de ces deux îles puisse redevenir performante ». « Nous avions des propositions supplémentaires concrètes à faire au gouvernement », précise de son côté Daniel Gibbs, Président de la Collectivité de Saint-Martin.

Préserver la « cohésion sociale » à Saint-Martin

« Il faut accélérer l’indispensable reconstruction de Saint-Martin » et préserver sa « cohésion sociale » a-t-il défendu, en mettant en avant les chiffres du chômage sur l’île avant le passage de l’Ouragan : « autour de 33,6% ». Un chiffre qui, selon Daniel Gibbs, pourrait doubler à la suite du passage du cyclone. « Cette indemnisation de chômage partiel indexé sur le Smic était quelque chose que nous ne comprenions pas dans la mesure où nous avions aussi des salariés qui touchent des salaires au-dessus du Smic », admet-il, « nous avons demandé à ce que cette position soit revue à la hausse ».

De son côté, Philippe Gustin, Délégué interministériel pour la reconstruction des deux îles, a plaidé pour la mise en place d’une « culture du risque » jusque dans les entreprises via la formation et n’exclut pas un volet coopération régionale dans la reconstruction de deux îles, et surtout Saint-Martin, à la fois française et néerlandaise : « essayons de réfléchir à un aéroport international commun », a-t-il cité en exemple. Une idée qui ne semblait pas déplaire à Daniel Gibbs, et qu’il a même défendue lors des élections territoriales qui l’ont mené à la tête de la Collectivité.

Communiqué de Presse: 3ème Comité interministériel pour la reconstruction

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment