Zika: L’Institut Pasteur de Guyane étudie la durée de vie du zika dans le sperme

No Comment

Dans une étude publiée le 17 août dernier, les chercheurs de l’Institut Pasteur de Cayenne ont établi que le virus Zika est présent dans le sperme pendant une durée allant de 30 à 45 jours maximum après le début des symptômes.

Plus d’un an après la découverte d’une transmission possible du virus du Zika par les relations sexuelles, l’Institut Pasteur de Guyane apporte de nouvelles connaissances sur le potentiel de transmission du virus par  voie sexuelle. Cette étude menée sur une dizaine de patients masculins démontre que le virus du Zika reste présent dans le sperme pendant 30 à 45 jours après l’apparition des premiers symptômes dus à une infection par ce virus. Ces résultats devraient permettre, dans le futur, de contribuer à l’élaboration de meilleures recommandations auprès des personnes infectées.  « L’objectif est ainsi d’améliorer les connaissances sur la transmission vectorielle et sexuelle du virus, et de perfectionner le diagnostic biologique, qui sera utile notamment pour le suivi des femmes enceintes », poursuit l’étude.

Jusqu’ici, les préconisations stimulées par les centres de contrôle et de prévention des maladies ont recommandé l’utilisation de préservatifs pendant 6 mois après l’infection pour éviter la transmission sexuelle. « La durée maximale signalée du virus détectable dans le sperme est d’au moins 188 jours après le début des symptômes. Cependant, les études les plus publiées sur ce sujet ont été basées sur un seul échantillon de sperme d’un patient infecté par le zika, et peu ont inclus le suivi de plusieurs patients après l’apparition des symptômes jusqu’à la négativité du sperme. Dans cette étude en Guyane française impliquant 12 hommes atteints du virus pour lesquels des échantillons de sperme étaient disponibles, nous avons déterminé la prévalence du zika, la durée de la persistance du zika et l’excrétion intermittente potentielle du virus», déclare l’étude des chercheurs de l’Institut Pasteur de Guyane.

L’épidémie du Zika a émergé  pendant l’été 2015, plus de 1,5 million de personnes ont été infectées, pour la plupart au Brésil. S’il n’est généralement pas dangereux pour les adultes, le Zika peut provoquer des malformations congénitales chez les bébés dont la mère a été infectée pendant la grossesse, dont la microcéphalie, un développement insuffisant de la boite crânienne. Aux Antilles, la Martinique a été plus particulièrement touchée par ce virus avec plus de 2000 cas recensés sur le territoire.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment