Téléphonie mobile : Le gouvernement lance les appels d’offres pour déployer la 4G en Outre-mer

No Comment

Pour développer le très haut débit mobile (4G) en Outre-mer, les deux Ministères de l’Economie et des Outre-mer avec la Secrétaire d’Etat chargé du numérique ont annoncé le lancement des appels d’offres pour l’attribution de nouvelles fréquences.

Amener la 4G en Outre-mer, telle est la volonté du gouvernement enmatière de développement numérique. Dans un communiqué publié ce 2 janvier, les Ministère de l’Economie, des Outre-mer et le Sécrétaire d’Etat chargé du Numérique ont lancé les appels des appels à candidatures pour l’attribution de nouvelles fréquences dans les départements d’outre-mer  (Guadeloupe,Guyane,  Réunion, Martinique et  Mayotte) ainsi que dans les collectivités de Saint Martin et de Saint-Barth.« Ces appels  à candidatures permettront d’attribuer, pour la première fois en outre-mer, les fréquences nécessaires au très haut débit mobile (4G), dans les bandes 800 MHz et 2 600 MHz,  ainsi que les capacités encore disponibles dans des bandes de fréquences déjà attribuées (900 MHz, 1 800 MHz, 2 100 MHz). Ces fréquences nouvelles permettront à la fois d’améliorer rapidement la qualité de service des réseaux 3G existants et d’assurer le déploiement rapide de la 4G », affirme le communiqué commun des trois ministres.

À travers ce lancement d’appels d’offres, le gouvernement cherche à répondre à divers objectifs. D’abord un aménagement numérique  maximale de ces territoires en fixant des obligations de couvertures les plus importantes fixées en Outre-mer. « Les opérateurs titulaires des fréquences « en or » (bande 800 MHZ) devront couvrirent très haut débit mobile 99% de la population ». Ensuite, l’autre objectif est celui  de la lutte contre la vie chère : « Les candidats seront invités à proposer des offres abordables afin d’assurer l’accès de tous aux services de téléphonie mobile à destination de l’outremer et de la métropole et des offres enrichies proposant des volumes élevés de communications et de données », poursuit le communiqué. Le  gouvernement a également annoncé que ces nouvelles fréquences seront attribués définitivement à partir de l’automne 2016. La Réunion bénéficie d’un délai plus long (fixé au 1er décembre 2016) afin de « préserver la dynamique concurrentielle », précise le communiqué.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment