Fête de la science 2017: Focus sur le scientifique guadeloupéen Raoul George Nicolo

No Comment

© DR

Jusqu’au 15 octobre prochain, la recherche scientifique est mise à l’honneur lors de la Fête de la Science. L’occasion pour Outremers 360 de vous présenter le parcours du Guadeloupéen Raoul George Nicolo. Il est notamment l’inventeur du bloc multicanal pour téléviseur et de dispositifs de contrôle de la réactivité des piles atomiques.

Le jeune Raoul George Nicolo, fils d’agriculteurs voit le jour le 21 juin 1923 dans la ville du Gosier. Animé par une soif de savoir, Raoul George Nicolo suit sa scolarité au Lycée Carnot de Pointe-à-Pitre. Puis, comme tous les jeunes de sa génération, Raoul George Nicolo accomplit son service militaire à Fort-de-France où il suit des cours de transmission.

En 1947, il décide de se rendre à Paris pour poursuivre ses études jusqu’à l’obtention d’un baccalauréat technique. Attiré par la physique, il s’inscrit l’année suivante à l’École Centrale d’Électronique. Une formation qu’il complétera avec des cours du soir au sein du Conservatoire National des Arts et Métiers, dans le domaine de la physique et de la chimie nucléaires.
En 1953, Raoul George Nicolo devient le premier Guadeloupéen ingénieur radioélectrique de l’Ecole Centrale de Télégraphie Sans Fil (T.S.F). Poussé par l’un de ses professeurs, il intègre et travaille au sein d’un laboratoire de télévision de la Compagnie Thomson Houston. Durant les divers projets qu’il mènera, Raoul George Nicolo mettra au point le bloc de commutation pour télévision multi-canal. Une invention qui permet de réceptionner plusieurs chaînes sur un même poste de télévision.

© DR/ France Archives

© DR/ France Archives

En 1956, il postule pour le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) et y entrera le 1er aout de cette même année, devenant le premier guadeloupéen à intégrer cette institution. Il sera chargé de s’occuper des problèmes de contrôle des réacteurs, et deviendra l’un des co-inventeurs du “procédé et dispositif de contrôle de réactivité en régime sous – critique des piles atomiques”.

Le docteur Nicolo s’implique alors fortement dans des travaux fondamentaux pour l’avenir du programme nucléaire français. Ses recherches portent notamment sur l’amélioration de la sureté du réacteur d’enseignement Ulysse, créé en 1961 et qui resta en activité jusqu’en 2007, année où fut décidé son arrêt.

Capture d’écran 2017-10-08 à 19.14.29

Deux ans après son entrée au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), Raoul George Nicolo reprend ses études afin d’y préparer un doctorat ès sciences. Le 14 mai 1962, Raoul Georges Nicolo soutient brillamment sa thèse à la Faculté des Sciences de Paris sur « la pompe à diodes, son application au comptage de particules nucléaires et à la détection des excursions rapides de puissance neutronique d’une Pile Atomique ». Une thèse qu’il dédiera à son directeur de thèse, Louis Victor de Broglie, qui n’est autre que le prix Nobel 1929 de Physique.

Raoul George Nicolo, l’homme politique engagé

Raoul George Nicolo n’oublie pas son île natale. Après s’être présenté à l’élection présidentielle de 1981, il retourne dans sa ville natale du Gosier, où il occupe les fonctions de conseiller municipal de 1983 à 1989.
Son nom est également très connu des spécialistes de droit français car c’est sa requête, appelé « Arrêt Nicolo » devant le Conseil d’État qui reconnait la supériorité du droit international sur le droit national. En effet, l’ingénieur guadeloupéen dépose un recours contre les résultats des élections européennes 18 juin 1989, en faisant valoir que les résidents des DOM-TOM y ont participé, alors que ceux-ci ne font manifestement pas partie du continent européen.

Rencontre de Raoul George Nicolo avec Jacques Chirac © DR/ France Archives

Rencontre de Raoul George Nicolo avec Jacques Chirac © DR/ France Archives

Fortement engagé politiquement, Raoul George Nicolo fustige la classe dirigeante guadeloupéenne prompte à demander l’assistance des experts de l’Hexagone en matière d’analyse des problèmes climatiques, économiques ou autres plutôt de s’efforcer de former une équipe de scientifiques guadeloupéens à même de prendre en main la destinée de leur île. « La Guadeloupe ne doit pas s’en remettre bêtement aux conclusions des scientifiques européens pour analyser ses problèmes climatiques, sismologiques, volcaniques, économiques, astronomiques et maritimes mais doit former en urgence, de jeunes spécialistes ». déclarait-il dans une interview donnée à AfricaMaat.

Dans le journal Bingo, il soulignera qu’ «il me semble aussi intéressant de faire ressortir que le développement d’une région (ou d’un pays) est basé sur son équilibre économique et que la qualité d’une population (ou d’un peuple) réside dans son potentiel intellectuel et dans les méthodes d’utilisation de celui-ci », avant d’ajouter que « je conseillerais à la race noire et en particulier à celle d’expression française, tant africaine qu’antillaise dont je fais partie et j’en suis fier, de multiplier ses efforts afin de trouver les méthodes qui permettent d’avoir le maximum de connaissances orientées vers la science ». .

Raoul George Nicolo décède le 7 avril 1993, à 69 ans.

Une reconnaissance internationale

En 1992, l’International Biographical Center Of Cambridge au Royaume Uni distingue Raoul Georges Nicolo comme l’une des plus grandes personnalités intellectuelles de la planète.
Depuis 2006, la médiathèque de la ville du Gosier porte son nom. C’est aussi le cas pour le lycée de Rivières des Pères dans la région basse-terrienne qui est devenu en septembre 2011, le lycée polyvalent Raoul George Nicolo.

© DR/ France Archives

© DR/ France Archives

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment