Une mission sénatoriale aux Antilles-Guyane pour une meilleure prise en compte des réalités territoriales

1 Comment

© Conseil Régional Guadeloupe

Six sénateurs de l’Hexagone sont actuellement en mission aux Antilles-Guyane. À partir de  ce jeudi 8 septembre, la délégation se rend en Guyane. 

Durant 2 jours, les sénateurs se rendront sur le terrain pour prendre conscience des réalités socio-économiques guyanaises. Accompagnée par les Sénateurs Géorge Patient et Antoine Karam, la mission sénatoriale visitera le centre spatial de Kourou mais aussi les communes de Mana et de Saint-Laurent du Maroni puis le personnel du centre hospitalier André Rosamon. Les parlementaires iront également à la rencontre des représentants des populations amérindiennes de Guyane. Durant ce voyage, ils s’entretiendront avec Rodolphe Alexandre, président de la collectivité de Guyane, Léon Bertrand le président du comité d’Agglomération de l’Ouest Guyanais, la maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth et Martin Jaegger le préfet de Guyane.

Cette mission sénatoriale a pour objectif d’évaluer les attentes des territoires d’outre-mer, afin de soutenir avec plus de pertinence les thématiques spécifiques lors des travaux législatifs. Précédemment,  cette délégation sénatoriale s’est rendue en Guadeloupe où elle a observé les différentes problématiques inhérentes à l’île. Ils ont ainsi  examiné la problématique de  la double insalurité de Marie-Galante ou encore abordé avec le président de Région Ary Chalus l’importance d’un rééquilibrage du territoire à travers l’énergie et la transition écologique. Prochaine étape pour le déplacement de cette délégation sénatoriale, la Martinique. À la fin de cette mission, un rapport sera remis au Premier Ministre, Manuel Valls d’ici trois mois.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire

  1. Michel Fouillet

    Concernant la mission parlementaire en Guadeloupe et plus particulièrement Maris Galante : « double insalubrité » ou « double insularité » ?