Trois Ultramarines dans le nouvel organigramme du PS, zoom avec la numéro 2 du Parti Socialiste : La Réunionnaise Corinne Narassiguin

No Comment

Ericka Bareigts, Hélène Geoffroy et Corinne Narassiguin ©Assemblée Nationale / AFP / Outremers360

Suite aux votes des militants des 15 et 29 mars, Olivier Faure a pris ses fonctions de Premier Secrétaire du Parti Socialiste lors du Congrès d’Aubervilliers les 7 et 8 avril derniers. Aujourd’hui, lors de la première réunion du nouveau Conseil National du Parti Socialiste à la Maison de la Chimie, a eu lieu la présentation et le vote de la nouvelle équipe de direction.

Parmi les membres de ce Secrétariat National, on trouve trois ultramarines : l’ancienne ministre des Outre-mer et actuelle députée de La Réunion, Ericka Bareigts, qui sera en charge de la France Océanique et croissance bleue, l’ancienne secrétaire d’Etat à la Politique de la ville et maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, qui sera en charge de la République des Territoires et Corinne Narassiguin. Cette dernière vient d’être nommée Secrétaire Nationale à la coordination et aux moyens du parti, un poste clé de la direction du PS. Au total dans ce nouvel organigramme, on trouve 24 membres avec une parité exacte.

Portrait du numéro 2 du Parti Socialiste, Corine Narassiguin

Corinne Narassiguin a un parcours qui reste singulier même dans le nouveau monde politique. Grandie à Saint-Paul à La Réunion, elle part faire des études d’ingénieure en télécommunications en région parisienne puis à Londres, avant de commencer sa carrière professionnelle dans une PME à Paris. Très vite, elle s’envole pour New York, pour poursuivre une opportunité professionnelle et satisfaire un désir de découverte. Elle travaille d’abord dans une PME de conseil puis pour un grand groupe bancaire.

©Outremers360

©Outremers360

C’est à New York qu’elle choisit de s’engager au parti socialiste, en 2000. Bousculée par l’arrivée imminente de George W Bush au pouvoir, cherchant à rester connectée à ce qui se passe en France, elle souhaite au départ simplement participer au débat politique interne au PS pour y apporter la vision un peu décalée des Français de l’étranger. De fil en aiguille, elle se découvre une passion pour la chose politique et décide de s’engager plus fortement. En parallèle de sa carrière professionnelle dans le privé, elle est élue conseillère à l’Assemblée des Français de l’étranger en 2009.

En juin 2012, elle est largement élue députée des Français de l’étranger, alors que les électeurs de sa circonscription couvrant les Etats-Unis et le Canada avaient donné une nette majorité à Nicolas Sarkozy. A l’Assemblée Nationale, en plus des dossiers spécifiques aux Français de l’étranger, elle commence à nouer des liens avec les députés des Outre-mer afin de travailler sur la mobilité internationale des ultramarins, et sur la question du développement économique des Outre-mer dans leur zone géographique. Elle est par ailleurs co-auteure d’un rapport parlementaire sur la transparence de la gouvernance des grandes entreprises. Mais surtout, elle se fait remarquer en portant pour le groupe des députés socialistes le projet de loi sur le mariage pour tous. Tout s’arrête en février 2013 lorsque son élection de députée est annulée. Atteinte mais pas défaite, elle décide de rester active au PS.

©France-amérique.com

©France-amérique.com

Réinstallée à Paris, elle devient porte-parole du PS en avril 2014, lorsque Jean-Christophe Cambadelis en devient le Premier Secrétaire. Elle le restera jusqu’en juin 2017. En effet, après avoir été candidate aux élections législatives dans la 3e circonscription du Val-de-Marne, où elle est balayée dès le premier tour comme la plupart des candidats socialistes, elle décide de se mettre temporairement en retrait de la vie du PS pour se consacrer à de nouveaux projets professionnels dans le secteur privé. Avec la campagne du Congrès du PS, elle s’implique auprès d’Olivier Faure dès l’annonce de sa candidature en janvier dernier. A 43 ans, elle devient aujourd’hui secrétaire nationale à la coordination du PS, un poste considéré comme numéro 2 du parti.

Interrogée par Outremers360, depuis la Maison de la Chimie elle indique :

« Je suis très heureuse et honorée de la confiance que m’accorde Olivier Faure en me donnant cette responsabilité si importante pour la renaissance de notre parti. Olivier avait promis la parité réelle dans la direction, avec des femmes à des postes dits régaliens, il a tenu sa promesse.

J’ai maintenant la lourde tâche, à ses côtés et au sein d’une équipe resserrée, de reconstruire le PS des fondations à la toiture. Le maître-mot est le travail collectif. Il nous faut repenser notre organisation interne, mettre en oeuvre le parti plateforme, c’est à dire un parti plus ouvert, qui travaille de manière moderne et transversale avec les militants, mais aussi avec nos sympathisants et les associations, les syndicats, les experts. Nous devrons savoir nous appuyer sur notre longue histoire, ses réussites et ses échecs, pour tout réinventer, en Hexagone, dans les Outre-mer et chez les Français de l’étranger.

©Olivier Lejeune / Le Parisien

©Olivier Lejeune / Le Parisien

Nous avons beaucoup de chantiers devant nous pour construire un nouveau projet d’alternance à gauche et reconquérir notre crédibilité comme parti de gouvernement. Nous devons aussi préparer les prochaines échéances électorales, européennes puis locales. Dans tous ces domaines, je prendrai toute ma part pour assurer un travail de qualité.

Pour cela, je compte mettre à contribution la multiplicité de mes expériences, de part mon parcours personnel, professionnel et politique, celui d’une ultramarine longtemps Française de l’étranger et aujourd’hui Francilienne, avec une longue expérience dans le secteur privé, et 18 ans de militantisme dans ce parti ».

ba437658-c569-4d6b-bc8b-60fb87b82d3d

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment