Tourisme en Polynésie : Le projet touristique ‘Village Tahitien’ se concrétise

No Comment

Le ‘Village Tahitien’ est un projet touristique et hôtelier de grande envergure, à Tahiti ©Présidence de la Polynésie française

Le gouvernement de la Polynésie française et le groupe Kaitiaki Tagaloa ont signé, ce vendredi à Papeete, un protocole d’accord dans le cadre du projet de complexe touristique, le ‘Village Tahitien’. Une version finale et définitive de l’accord doit encore être « scellée » dans 200 jours. 

Mis sous silence en raison de la période électorale d’avril et mai dernier, le grand projet touristique du gouvernement polynésien revient au-devant de l’actualité. « Les élections polynésiennes n’ont jamais autant été suivies aux Samoa et en Nouvelle-Zélande », a déclaré Teva Rohfritsch, Vice-président de la Polynésie. Et pour cause, le groupe Kaitiaki Tagaloa, qui a remporté l’appel à projets pour aménager les six premiers lors du ‘Village Tahitien’, est composé de l’homme d’affaires samoan, Frédéric Grey, et de deux groupes néo-zélandais, Kaitiaki Property et Iwi International Limited. Frédéric Grey est déjà propriétaire en Polynésie de 5 hôtels, situés à Tahiti, Moorea et Bora Bora. Sur les 150 milliards de Fcfp (environ 1,3 milliards d’euros) que représente le ‘Village Tahitien’, le groupe Kaitiaki Tagaloa apporte un investissement de 70 milliards de Fcfp (environ 351 millions d’euros).

©Présidence de la Polynésie française

Au centre, le Vice-président polynésien Teva Rohfritsch, entouré des investisseurs du groupe Kaitiaki Tagaloa et de la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau ©Présidence de la Polynésie française

En avril dernier, le groupe d’investisseurs, tout juste lauréat de l’appel à projets, présentait ses ambitions pour le futur ‘Village Tahitien’ : un hôtel 5 étoiles de 350 chambres, un 4 étoiles de 252 chambres, un autre 4 étoiles de 300 chambres avec centre commercial, un 3 étoiles de 256 chambres, deux condominiums et un centre culturel. Ce dernier, ainsi que le centre commercial, seraient toujours en discussion, indique Radio 1 Tahiti. Le groupe prévoit de créer 2 500 emplois pendant la période de construction, et 3 000 pendant l’exploitation. « Nous formerons la population et nous établirons des partenariats avec des organismes de formation », avait indiqué le groupe. Reste encore 10 lots à attribuer sur l’ensemble du ‘Village Tahitien’ à travers un nouvel appel à projet. Toujours en avril, le groupe Kaitiaki Tagaloa ne cachait pas son intention de se positionner sur ce nouvel appel à projets pour remporter l’ensemble du marché.

Hôtels, commerces, balades, centre culturel: le Village Tahitien se situera sur la côte Nord-ouest de Tahiti, sur une superficie de plusieurs dizaines de milliers d'hectares ©Kaitiaki Tagaloa

Hôtels, commerces, balades, centre culturel: le Village Tahitien se situera sur la côte Nord-ouest de Tahiti, sur une superficie de plusieurs hectares ©Kaitiaki Tagaloa

En attendant, le protocole d’accord signé vendredi vient sceller les grandes lignes des opérations et notamment le nombre d’hôtels et le nombre de chambres, indique encore Radio 1 Tahiti. Le gouvernement polynésien et le groupe Kaitiaki Tagaloa ont maintenant 200 jours pour finaliser l’accord définitif, « qui va engager sur 35 années la Polynésie française et les générations futures », a indiqué Teva Rohfritsch. Cette prochaine signature, qui pourrait intervenir plus tôt que prévu, devrait avoir lieu sur le Marae Taputapuatea à Raiatea, comme un symbole de rapprochement entre le gouvernement de la Polynésie et ce groupe composé d’investisseurs des Samoa et de Nouvelle-Zélande. Tuku Morgan, un des investisseurs néo-zélandais, a d’ailleurs confié au Président polynésien Edouard Fritch une pierre venant de sa tribu maori, « symbole du lien indéfectible entre les peuples polynésiens de Nouvelle-Zélande et de Polynésie française, concrétisé par le projet commun du Village Tahitien ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment