Territoriales 2017: Focus sur la collectivité de Wallis-et-Futuna

No Comment

Une semaine après les Collectivités de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy et de Saint-Pierre-et-Miquelon, les Wallisiens et les Futuniens sont appelés à renouveler les membres de leur Assemblée territoriale ce dimanche 26 mars.

Dans cette collectivité du Pacifique, il s’agit d’un scrutin à un tour uniquement.  Elle est composé de deux îles principales, Wallis et Futuna, et une plus petite, Alofi, quasiment inhabitée. Situées à plus de 2 000 kilomètres de la Nouvelle-Calédonie, elles ont une superficie totale de 140 km², sur lesquels vivaient en 2010 environ 12 835 personnes. Wallis-et-Futuna vivent essentiellement de cultures vivrières, de pêche et des transferts financiers de l’Hexagone  et sont frappées par un exode massif de population

L’Assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna comporte 20 sièges dont les membres sont élus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal de liste à un tour dans 5 circonscriptions électorales. L’île de Wallis est représentée par 13 élus (6 pour le district de Mua, 4 pour le district de Hahake et 3 pour le district de Hihifo) tandis que Futuna compte 7 élus (4 pour la circonscription d’Alo et 3 pour celle de Sigave).

Les compétences de l’Assemblée territoriales sont multiples mais soumises à l’approbation du préfet pour être effectives. Elle est chargée du vote du budget mais du statut civil coutumier, de l’agriculture, de l’élevage, la pêche, de la réglementation des transports maritimes, terrestres et aérien ainsi que le code électoral sportif. Elle est aussi consultée pour définir les modalités d’application du régime législatif et réglementaire minier.

Qui sont les candidats?

Pour le scrutin du 26 mars, 31 listes ont été déposées auprès de la préfecture de Wallis-et-Futuna.

arrete_candidatures-559277

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment