Sécurité en Outre-mer: le gouvernement dresse un premier bilan positif

No Comment

Neuf mois après la mise en place du plan sécurité Outre-mer, une conférence nationale sur ce thème a été organisée au Ministère des Outre-mer réunissant élus ultramarins, associations, magistrats, services de police et de gendarmerie, préfets et Haut-commissaire de ces territoires pour faire un premier point d’étape sur la mise en oeuvre de ce plan gouvernemental.

Hasard ou coïncidence, cette première conférence dédiée à la sécurité en Outre-mer s’est ouverte au retour d’un week-end en Guyane et en Guadeloupe marqué par des faits de violence. À Paris, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a dressé un bilan des actions engagées par l’Etat, rappelant que la sécurité en Outre-mer a été une priorité de la mandature. « La gouvernance des dispositifs de sécurité intérieure a ainsi été perfectionnée partout outre-mer ces derniers mois, les synergies entre partenaires institutionnels, collectivités locales et acteurs associatifs dynamisées. Enfin, les moyens humains et matériels de la police et de la gendarmerie nationale ont fait l’objet d’efforts inédits et très significatifs, qualitativement et quantitativement », a déclaré Bernard Cazeneuve.
Un sentiment partagé par la Ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. « La délinquance ne peut être admise et tolérée dans nos territoires. nous devons garantir à tous nos concitoyens la sécurité ». Dans son allocution, la Ministre des outre-mer a souligné l’importance de «jouer à la fois sur la répression et la prévention » en intégrant dans cette démarche de lutte contre la délinquance les acteurs locaux. « Il nous faut écouter la voix des élus locaux et des acteurs associatifs, qui sont des fins connaisseurs du terrain ».

20170306_084621

Pour le Haut-Commissaire de la Nouvelle-Calédonie Thierry Lataste, cette première réunion sur sécurité est importante. « La question de la sécurité est la première problématique dans le début public en Nouvelle-Calédonie et plus particulièrement la délinquance qui concerne les mineurs. Pour rappel, cette dernière représente 24% de la délinquance sur le territoire, et dans la délinquance sur la voie publique, elle avoisine plus de 50%. » souligne Thierry Lataste. De son coté, le président de la Région Guadeloupe Ary Chalus, s’appuyant sur son expérience d’ancien maire de Baie-Mahault, affirme qu’il faut aussi renforcer le lien social pour lutter contre la violence.

Le plan Sécurité Outre-mer, mis en place le 27 juin 2016, prévoyait 22 mesures développées autour de trois axes. Certaines de ces mesures ont été réalisées cette année à l’instar de la création d’une antenne de l’OCRTIS(Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) en Guyane, la brigade de la prévention de la délinquance juvénile en Nouvelle-Calédonie et l’installation d’une zone de sécurité .prioritaire à Saint-Laurent du Maroni. »A Mayotte, pour lutter à la fois contre l’insécurité et l’immigration clandestine, 62 agents de police et 52 gendarmes ont été affectés » depuis la mise en place du plan en juin 2016, et « une antenne du GIGN y a été créée », a indiqué Bernard Cazeneuve.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment