Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, très attendu à Wallis et Futuna

No Comment

©Philippe Lavieille / Le Parisien

Après avoir représenté la France au 48ème Forum des îles du Pacifique aux îles Samoa, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, est actuellement à Wallis et Futuna. L’occasion de faire le point sur les attentes environnementales des habitants de la Collectivité de Wallis et Futuna.

L’une des premières préoccupations des Wallisiens et Futuniens est sans conteste la protection de leur zone maritime face à la pêche illégale. « Je pense qu’il faut surveiller notre zone maritime car il y a beaucoup de bateaux de pêche étrangers qui viennent pêcher illégalement. Il faut un bateau de surveillance. Nous sommes là impuissants sans moyens alors que les étrangers nous volent nos poissons », déclare Sosefo, pêcheur, au micro de Wallis et Futuna 1ère. Contrairement à la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie, la Collectivité ne dispose pas de B2M, ces navires effectuant la surveillance des ZEE française dans tous les bassins. C’est le B2M D’Entrecasteaux, basé en Nouvelle-Calédonie, qui assure ponctuellement des missions de surveillance à Wallis et Futuna.

L’autre préoccupation est la protection des littoraux face à l’érosion. Des travaux d’enrochement ont notamment été entrepris. « L’objectif est qu’il puisse venir constater les différentes actions qui ont été mises en place par l’Etat », explique le député wallisien Napole Polutuele, qui évoque également le recyclage et la transformation des déchets. Surtout, les dirigeants et élus politiques de Wallis et Futuna attendent les moyens pour mettre en œuvre leur Plan pluriannuel énergétique (PPE), qui « vise à ce que nous éliminions progressivement l’électricité à partir du fioul pour basculer sur une production propre » et renouvelable d’ici 2030, explique le sénateur wallisien Robert Laufoaulu, « tout cela nécessite beaucoup d’argent et de réflexions ». Mêmes intentions du côté de l’élu à l’Assemblée territoriale de Wallis et Futuna, Frédéric Baudry : « Les remontées que l’on va faire, c’est d’avoir une programmation de financement pour pouvoir programmer les prochains travaux en terme de transition énergétique ».

« Wallis et Futuna peut être une vitrine de l’environnement, des îles propres avec une population responsable, il y a énormément de choses à faire, on peut parler d’énergie renouvelable, l’utilisation du solaire, de l’éolien, il y a beaucoup à faire en terme de production d’énergie propre. Ça peut aussi être une vitrine pour la création de station de contrôle de corail, on a une surface corallienne absolument extraordinaire ! Et il faut continuer les projets de sensibilisation avec les écoles », a défendu de son côté Pascal Nicomette, directeur d’un centre de plongée et Président de l’association « Les enfants de la mer », toujours au micro de Wallis et Futuna 1ère.

 

Après Apia aux Samoa et Wallis et Futuna, le Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, Sébastien Lecornu, sera en Polynésie française.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment