Réserve opérationnelle : les Outre-mer également mobilisés

No Comment

Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a lancé un appel samedi dernier « à tous les Français patriotes qui le souhaitent» à rejoindre la réserve opérationnelle. À la Réunion, la gendarmerie a relayé cet appel sur les réseaux sociaux. 

La gendarmerie de la Réunion a très rapidement répondu à l’appel du Ministre de l’Intérieur. Le jour-même, elle a annoncé sur sa page Facebook une session de recrutement de réservistes. Une session de  formation est d’ailleurs programmée au cours du mois d’octobre pour 40 jeunes réservistes déjà inscrits. La prochaine campagne de recrutement de nouvelles unités opérationnelles se déroulera en 2017. Mais la Réunion n’est pas le seul département ultramarin à augmenter ses effectifs. La semaine dernière, ce sont 19 Guadeloupéens et 24 Martiniquais qui ont reçu  leur diplôme et viennent fournir les rangs de la réserve opérationnelle de la gendarmerie. 

Plus de 2000 réservistes en Outre-mer 

Selon le dernier rapport d’évaluation de la réserve militaire de 2014, on compte 1521 réservistes dans les départements d’outre-mer. A l’échelle nationale, ils sont au nombre de 51 700 (28 700 au ministère de la Défense et 23 000 à la gendarmerie nationale). L’actualisation de la loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit un appel renforcé à la réserve, notamment en matière de protection de territoire national.. Le principe est d’accroître le nombre des jours d’activité (de 25 à 30 jours par homme et par an) et une augmentation du nombre de réservistes (de 28 000 à 40 000 réservistes opérationnels, dont 24 000 pour l’armée de terre, soit 60% des effectifs).

Qu’est-ce-que la réserve opérationnelle?

La réserve opérationnelle, appelée aussi « réserve militaire » est composée de citoyens volontaires, issus du monde civil ou militaire. Ils signent un engagement à servir dans la réserve (ESR), c’est-à-dire qui souscrivent un contrat d’une durée de 1 à 5 ans. Ces hommes et ces femmes âgés d’au moins 17 ans reçoivent une formation et un entraînement spécifiques afin d’apporter un renfort temporaire de quelques dizaines de jours par an aux forces armées et formations rattachées.

Leurs missions sont multiples  : apporter un renfort temporaire aux forces armées en particulier pour la protection du territoire national (Sentinelle, Vigipirate), participer au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, dispositifs de recherche, missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance…), secourir des populations sinistrées lors de catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées, donner une expertise dans des domaines où l’armée connaît des besoins ponctuels.

La réserve militaire est constituée de deux branches : la réserve opérationnelle et la réserve citoyenne. Dans le cadre de la réserve opérationnelle, le réserviste peut s’engager dans la gendarmerie, l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine. La réserve citoyenne est constituée, quant à elle, de bénévoles, sans condition d’âge, dont le rôle est de communiquer et de sensibiliser le public aux sujets proches de la défense nationale. La création de la réserve militaire remonte à 1872 et permet dès lors de constituer un appoint de soldats disponibles et formés. Depuis la fin du service national, en 1997, la réserve a été élargie aux civils sur la base du volontariat.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment