Primaire Les Républicains: Didier Robert s’explique sur son double parrainage Fillon-Sarkozy

No Comment

Sur la liste des parrainages, la signature de Didier Robert est apposée sur les listes des candidats François Fillon et Nicolas Sarkozy. Ce dimanche, le président de la Région Réunion est revenu sur son choix de finalement soutenir Nicolas Sarkozy.

Comme Outremers 360 l’a révélé hier, la signature du président de la Région Réunion et sénateur Didier Robert, se trouve à la fois sur la liste de soutien à François Fillon et celle des élus soutenant Nicolas Sarkozy. Or, le double parrainage n’est pas autorisé selon les règles de la primaire des Républicains. La présidente de la Haute-Autorité Anne Levade s’est d’ailleurs exprimée sur ce point. Elle a déclaré que la Haute Autorité veillera à ces cas d’espèces. Dans ce cadre, le double parrainage deviendrait nul. Mais le camp filloniste, contacté par Outremers 360, soutient que « c’est la première signature qui compte ».

Dans un message posté sur Facebook et envoyé à Outremers 360 suite aux interrogations soulevées hier,  Didier Robert, sénateur de la Réunion s’est exprimé ce dimanche sur son choix de retirer son soutien à François Fillon. Il se dit « profondément déçu » des récents propos de l’ancien premier ministre. « La prise de position récente de Francois Fillon est blessante et particulièrement choquante . Les ultra-marins, les Réunionnais, portent pour chacun d’entre eux une part de cette histoire. Je suis un élu réunionnais et je n’accepterai jamais que l’on transige avec les fondamentaux de notre Histoire. Je désapprouve avec force les propos tenus par Francois Fillon, candidat aux primaires. », explique-t-il dans son message. Dans les faits, Didier Robert avait apporté son soutien à François Fillon dès le 21 avril dernier avant d’apporter récemment sa signature sur la liste de parrainage de Nicolas Sarkozy.

Mais ce n’est pas un cas isolé. Une autre élue étiquetée Les Républicains, Collete Giudicelli  a également apporté son parrainage à François Fillon ainsi qu’à Nicolas Sarkozy. Le verdict tombera certainement le 21 septembre prochain quand la Haute Autorité devra se prononcer sur la validation officielle de ces candidatures et lancer le début de la campagne de la primaire des Républicains et du Centre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment